Lampedusa: le pape rappelle

L’Afrique oubliée, ce n’est pas seulement celle des enfants qui meurent de faim devant les caméras de certaines organisations non-gouvernementales (ONG) aux pratiques douteuses.  C’est aussi celle des milliers de personnes qui partent vers les eldorados que sont l’Amérique du Nord et l’Europe. Dans le vieux continent, le drame de ces migrants illégaux est symbolisé par l’Île italienne de Lampedusa.

Un zodiaque avec 29 hommes et 19 femmes Somaliens, immigrés illégaux, est aperçue après avoir été intercepté par la Garde côtière italienne, à une quinzaine de kilomètres au large de l'île de Lampedusa, au sud de l'Italie, le 15 Août 2007. AFP PHOTO / MAURICIO ESSE

Un zodiaque avec 29 hommes et 19 femmes somaliens, immigrés illégaux, intercepté par la Garde côtière italienne, à une quinzaine de kilomètres au large de l’île de Lampedusa, au sud de l’Italie, le 15 Août 2007. AFP PHOTO / MAURICIO ESSE

François s’y est rendu le 8 juillet dernier. Dans son discours, il pose des questions fondamentales face à ce qu’il nomme la « mondialisation de l’indifférence ».   Il demande : « Qui a pleuré pour la mort de ces frères et sœurs ? Qui a pleuré pour ces personnes qui étaient sur le bateau ? Pour les jeunes mamans qui portaient leurs enfants ? Pour ces hommes qui désiraient quelque chose pour soutenir leur propre famille ? »

François se montre sans appel : « Nous sommes une société qui a oublié l’expérience des pleurs, du « souffrir avec » : la mondialisation de l’indifférence nous a ôté la capacité de pleurer ! Dans l’Évangile nous avons écouté le cri, les pleurs, la longue plainte : « Rachel pleure ses enfants… parce qu’ils ne sont plus ». Hérode a semé la mort pour défendre son propre bien-être, sa propre bulle de savon. Et cela continue à se répéter… » Continuer la lecture