Lampedusa, Corps du Christ

L'Occident a-t-il peur de l'immigration et de l'étranger?

L’Occident a-t-il peur de l’immigration et de l’étranger? Caricature de Chappatte, journal Le Temps de Genève, reprise par le Courrier international.

Dans les réseaux sociaux d’inspiration chrétienne, plusieurs personnes ont été choquées par un hamburger servi dans un restaurant de Chicago et présentant une hostie – non consacrée – et servie avec ‘‘le sang du Christ’’, un vin rouge.

Pourtant sur Facebook, peu de signes d’indignations aussi forts à propos des immigrants de Lampedusa – dernière hécatombe en date : 200 morts –, qui essayaient de rejoindre nos terres d’enfants gâtés. Le Corps du Christ, dans son sens le plus large, ce Corps que représente chaque être humain, ne provoque qu’une indignation de piété ou de pitié. Ou pire : d’indifférence. Je n’y ai lu aucune indignation aussi forte que celle provoquée par des « blasphémateurs » en mal de publicité.

Lampedusa est l’île où, chaque année, des milliers d’Africains deviennent des naufragés qui sont retournés chez eux, ou qui meurent finalement loin de leur famille, près de leur rêve.

Parce qu’ils croient trouver dans nos terres occidentales un monde meilleur. Parce que dans plusieurs de leur pays d’origine, c’est toujours l’exploitation de l’être humain et la corruption qui trônent chez les gens qui détiennent le pouvoir.
Sans compter le chômage endémique.

Pour excuser notre manque de réactions, on peut toujours dire que nous sommes loin de cette île appartenant à l’Italie, située au sud de la Mer Méditerranée, aux portes de l’Afrique.

Certes.

Mais, le problème de l’immigration du nord au sud demeure bien réel. Même ici au Canada. Simplement et naïvement affirmons ceci ; le nord exploite et possède de nombreuses richesses du sud.
Pourquoi les gens du sud ne viendraient-ils pas en profiter?

Honte Continuer la lecture

Lampedusa: le pape rappelle

L’Afrique oubliée, ce n’est pas seulement celle des enfants qui meurent de faim devant les caméras de certaines organisations non-gouvernementales (ONG) aux pratiques douteuses.  C’est aussi celle des milliers de personnes qui partent vers les eldorados que sont l’Amérique du Nord et l’Europe. Dans le vieux continent, le drame de ces migrants illégaux est symbolisé par l’Île italienne de Lampedusa.

Un zodiaque avec 29 hommes et 19 femmes Somaliens, immigrés illégaux, est aperçue après avoir été intercepté par la Garde côtière italienne, à une quinzaine de kilomètres au large de l'île de Lampedusa, au sud de l'Italie, le 15 Août 2007. AFP PHOTO / MAURICIO ESSE

Un zodiaque avec 29 hommes et 19 femmes somaliens, immigrés illégaux, intercepté par la Garde côtière italienne, à une quinzaine de kilomètres au large de l’île de Lampedusa, au sud de l’Italie, le 15 Août 2007. AFP PHOTO / MAURICIO ESSE

François s’y est rendu le 8 juillet dernier. Dans son discours, il pose des questions fondamentales face à ce qu’il nomme la « mondialisation de l’indifférence ».   Il demande : « Qui a pleuré pour la mort de ces frères et sœurs ? Qui a pleuré pour ces personnes qui étaient sur le bateau ? Pour les jeunes mamans qui portaient leurs enfants ? Pour ces hommes qui désiraient quelque chose pour soutenir leur propre famille ? »

François se montre sans appel : « Nous sommes une société qui a oublié l’expérience des pleurs, du « souffrir avec » : la mondialisation de l’indifférence nous a ôté la capacité de pleurer ! Dans l’Évangile nous avons écouté le cri, les pleurs, la longue plainte : « Rachel pleure ses enfants… parce qu’ils ne sont plus ». Hérode a semé la mort pour défendre son propre bien-être, sa propre bulle de savon. Et cela continue à se répéter… » Continuer la lecture