Économie : Dieu, l’incontrôlable!

money« J’te d’mande pas comment tu vas, j’veux juste savoir combien tu vaux! » chante Diane Dufresne dans « La fureur du cash », qui se trouve sur son remarquable album Détournement Majeur, co-écrit avec Marie Bernard.

C’est comme ça que je sens que les sociétés du monde pensent de plus en plus. Tu es pauvre? C’est ta faute. Tu es riche? Tu le mérites.

Mériter quoi? La richesse n’est même plus synonyme de travail. Quand tant de richesses boursières se construisent parce qu’on procède au congédiement d’employés… ce qui permet d’augmenter les valeurs des actions.

Avec cette logique de dogmatique – cupidité? – économique, les défenseurs à tous crins du néolibéralisme oublient une chose : de se demander si le système n’est pas en train de déraper et d’oublier l’essentiel être humain qu’il devrait servir.

L’économie est-elle une nouvelle religion au service d’elle-même?

Continuer la lecture

Pour mettre un frein à l’avidité, un nouveau système financier

[Communiqué commun du COE, de la Communion mondiale d’Églises réformées et du Conseil pour la mission mondiale]

Des théologiens, des militants engagés dans la lutte contre la pauvreté et des économistes réunis au Brésil pour élaborer les principes en vue de la création d’un nouveau système économique mondial ont publié une déclaration qui pointe vers la surconsommation et l’avidité comme facteurs clés auxquels il faut s’attaquer si l’on cherche à promouvoir une distribution plus équitable des ressources du monde. 

Parmi les critères pour une nouvelle architecture économique et financière les participants comptent l’inclusion sociale, la justice entre hommes et femmes, la sauvegarde de l’environnement et des mesures concrètes pour limiter l’appât du gain. Continuer la lecture