Se loger : règles du marché ou du droit?

2013-07-02 19.25.16Le 1er juillet au Québec n’est pas très patriotique. Les Québécois fêtent moins ou pas du tout le Canada Day – fête Nationale du Canada –, alors que la Saint-Baptiste est vraiment considérée comme la Fête Nationale du Québec et des Canadiens français. Et ce peu importe l’allégeance, souverainiste ou fédéraliste.

Par contre, ce qui est très présent dans les rues, ce sont les camions de déménagement et les escaliers remplis de gens épuisés, sirotant une bière entre transport d’un matelas délabré et d’une nouvelle cuisinière. Presqu’un sport national!

Ce qui est moins joyeux, c’est le nombre de logements abordables disponibles pour les familles à faible revenu. Si l’on se fie aux chiffres avancés par le FRAPRU, le Front action populaire en réaménagement urbain, l’offre en cette matière n’est plus vraiment au rendez-vous. « Selon des données de la SCHL [Société Canadienne d’Hypothèque et de Logement], le nombre de mises en chantier de logements coopératifs est passé de 1 080 en 2009 à 320 en 2012. La chute a été particulièrement brutale dans la région de Montréal, où ce nombre est passé de 710 à 73 ! »

De plus, on apprend que de 2009-2010 à 2011-2012, autour de 2 100 logements sociaux ont en moyenne été réellement mis en location annuellement dans le cadre d’AccèsLogis, « Or, loin de s’améliorer, la situation s’est dégradée en 2012-2013, ce nombre chutant en bas de 1 800 », estime l’organisme.

Témoignages « saisissants »  Continuer la lecture