Objets raconteurs au musée : écoutez l’entrevue

imgres-2Une poupée de chiffon, des photos de famille, un livre de conte jaunit par le temps ; voilà quelques objets qui, de prime abord, n’ont rien de bien extraordinaire. Sauf quand on les met sous une vitrine dans un cube d’exposition et qu’on les présente au public avec une description historique et personnelle.

Tout à coup, l’objet ordinaire prend une toute nouvelle dimension, unique, hors du commun. Il prend la personnalité de celle ou de celui qui le présente à travers son histoire.

Et, il devient pour celui qui le regarde, une référence à ses propres souvenirs, à son histoire familiale et même, à celle de sa société. Il devient un objet « extra-ordinaire », reflétant parfois toute une page de la société où il a été acheté, donné, transmis.

Du 18 avril au 20 mai dernier, l’exposition Je collectionne, tu collectionnes, organisée par le Musée régional de Vaudreuil-Soulanges et présentée à la Bibliothèque de Vaudreuil-Dorion, donnait la chance de voir 51 objets associés au vécu familial de chacun des participants. Au-delà d’un objet, ce sont des tranches de vie qui se sont dites, certains résumant même une tranche d’histoire de la région ou du Québec.

Quand l’objet devient raconteur d’histoires de l’humanité.

Écoutez l’entrevue avec l’artiste Annick Gauvreau et Sébastien Daviau, historien et responsable des collections du Musée, telle que diffusée le mardi 2 juin à 9 h,
en rediffusion le mercredi 3 juin à 5 h, sur le réseau de Radio VM.

logo

Dialoguer entre gestionnaires et artistes, possible? : écoutez l’entrevue

Terre promise, oeuvre de Annick Gauvreau.

Terre promise, de Annick Gauvreau.

Le Professeur Norman Cornett et l’artiste Annick Gauvreau – fille du créateur Pierre Gauvreau et de la designer Madeleine Arbour – sont les invités de cette émission. Nous parlons du dialogue qu’il est possible, semble-t-il, d’établir entre les artistes, les gestionnaires et même les « simples citoyens » que nous sommes quand il est question d’oeuvres d’arts. 

Il est très intéressant de constater que ce dialogue peut mener à des réflexions qui vont jusqu’à la prise de conscience qu’un territoire est menacé par le sur-développement immobilier.

Ou encore, qu’une oeuvre puisse nous mettre en mouvement, sans que nous ayons nécessairement besoin de mettre des mots sur ce qu’elle inspire. Une façon de construire l’humanisme qui passe par nos émotions les plus intimes et les moins palpables au quotidien. Une façon de mieux connaître l’être humain que nous sommes.

Écoutez l’entrevue:

Diffusion originale sur les ondes de Radio VM, le mardi 16 décembre à 9 dans le cadre de l’émission Demain l’humanisme. Rediffusion le mercredi 17 décembre à 5 h.

logo

Exposition Terres-Maires: quand artistes et gestionnaires se parlent

L'artiste Annick Gauvreau

L’artiste Annick Gauvreau (Photo: Martin Laprise).

Dialoguer autour de l’art et du rapport que nous entretenons avec lui. Possible? 

Beaucoup s’en diront incapables car ils ne sont pas spécialistes. Pourtant, nos invités ont une toute autre idée de ce que les artistes et les ”simples citoyens” peuvent partager dans le cadre des rencontres « dialogiques ».

Rendez-vous dès 9 h, ce mardi 16 décembre,
sur les ondes de Radio VM

Professeur Norman Cornett (source: imaginative.org).

Professeur Norman Cornett (source: imaginative.org).

En attendant, exemple de ce dialogue:
https://haveyouexperienced.wordpress.com/