Les droits de scolarité au Québec… crise sociale sur fond de valeurs

Le gouvernement vient de décréter une hausse de 82% des droits de scolarité répartis sur 7 ans, soit 254$ par année (1779$ en tout).

L’expression « frais de scolarité » est fréquemment utilisée au Québec, bien qu’elle soit découragée. Le mot « frais » désigne généralement alors une dépense, alors que les droits de scolarité sont plutôt une entrée d’argent pour les universités. En 2011, les frais de scolarité s’élevaient à 2168$ par année universitaire. En 2018, ils seront de 3947$.  Ces frais ne tiennent pas compte des frais universitaires divers qui peuvent s’évaluer à 1000$. Continuer la lecture

Grande-Bretagne: débat sur la légitimité morale de l’infanticide

En ouvrant le débat sur la légitimité morale de l’infanticide, la revue britannique “Journal of Medical Ethics” suscite de vives réactions dans la société anglaise.

L’infanticide d’un bébé peut-il être considéré d’un point de vue éthique comme l’équivalent d’un avortement ? Telle est la question que posent Alberto Giubilini, professeur à Milan et Francesca Minerva, professeure à Melbourne. Selon eux, on devrait, sur le plan théorique, être autorisé à tuer des nouveau-nés dont l’état de santé physique ou mentale aurait justifié un avortement.  Continuer la lecture

Tout a commencé en Grèce et tout finira-t-il en Grèce?

Dans les dernières décennies l’avidité d’accumuler a tout transformé en marchandise destinée à être commercialisée et consommée. Nous oublions que les biens et services de la nature sont pour tous et ne peuvent être appropriés pour quelques-uns seulement.
Après quatre siècles d’existence de ce modèle de croissance / développement, nous touchons les limites de ses possibilités. La civilisation techno-scientifique a atteint un point où elle peut mettre une fin à elle même, dégrader profondément la nature, éliminer une grande partie du système-vie et éventuellement éradiquer l’espèce humaine

Tour a commencé il y a des millénaires en Grèce. Et cela semble maintenant prendre fin en Grèce, l’une des premières victimes de l’horreur économique, dont les banquiers, pour sauver leurs gains, ont jeté toute une société dans le désespoir. C’est arrivé en Irlande, au Portugal, en Italie, et peut s’étendre à l’Espagne et à la France, et qui sait, à tout le système mondial. Continuer la lecture

Souveraineté et gouvernance mondiale

Le climat, la biodiversité, ne peuvent être relevés par un seul pays. Aussi l’avenir du climat est-il la première question à solidarité obligatoire. Cela nécessite l’émergence d’une gouvernance mondiale. Dans un premier temps, parlons d’une gouvernance des grandes zones économiques : Amérique du nord, Amérique centrale, Amérique du sud

Sommes-nous prêts à cela? Continuer la lecture

Bienheureux…

« Bienheureux ceux qui savent rire d’eux-mêmes. Ils n’ont pas fini de s’amuser.
Bienheureux ceux qui savent distinguer une montagne d’une taupinière : il leur sera épargné bien des tracas.
Bienheureux ceux qui sont capables de se reposer et de dormir sans chercher d’excuses : ils deviendront sages.
Bienheureux ceux qui savent se taire et écouter : ils en apprendront des choses nouvelles.
Bienheureux ceux qui sont assez intelligents pour ne pas se prendre au sérieux : ils seront appréciés de leur entourage.
Heureux êtes-vous si vous savez regarder sérieusement les petites choses et paisiblement les choses sérieuses : vous irez loin dans la vie.
Heureux êtes-vous si vous savez admirer un sourire et oublier une grimace : votre route sera ensoleillée.
Heureux êtes-vous si vous êtes capables de toujours interpréter avec bienveillance les attitudes d’autrui même si les apparences sont contraires : vous passerez pour des naïfs, mais la charité est à ce prix.
Bienheureux ceux qui pensent avant d’agir et qui prient avant de penser : ils éviteront bien des bêtises.
Heureux êtes-vous si vous savez vous taire et sourire même lorsqu’on vous coupe la parole, lorsqu’on vous contredit ou qu’on vous marche sur les pieds : l’Évangile commence à pénétrer votre coeur.
Bienheureux surtout vous qui savez reconnaître le Seigneur en tous ceux que vous rencontrez : vous avez trouvé la vraie lumière, vous avez trouvé la véritable sagesse. »

Joseph Folliet.

Les Indignés de la Défense

Tout en se considérant un peu comme « les hippies des temps modernes », ils m’ont paru à la fois proches et différents de ceux de ma jeunesse . Proches dans leur désir d’une société sans barrières, respectueuse de la nature, fondée sur la paix, l’amour, la non exploitation de l’homme par l’homme, surtout aux plans financiers et économiques. On peut évidemment juger avec commisération leurs utopies, leur pacifisme, leurs bons sentiments… Ils nous renvoient cependant à la figure les impasses de notre société dont le culte de l’argent, la course au profit maximum, un certain égoïsme, excluent beaucoup de monde. Continuer la lecture

Une ligue universelle pour la justice et la paix

Serait-il possible d’envisager la venue d’un jour où l’ensemble des chrétiens imprégnés de l’esprit oecuménique; où l’ensemble des croyants ouverts, engagés dans l’interreligieux; où les gens de bonne volonté de partout, s’entendraient pour organiser une Ligue internationale et universelle au service de la justice et de la paix: Ligue d’opinion inspirée par la déclaration des Droits de l’Homme votée aux Nations Unies le 10 décembre 1948.
Mais d’où viendra un leadership humanitaire éclairé, puissant, désintéressé et rassembleur.

L’univers continue d’évoluer. La terre, la vie, les humains et les institutions évoluent. Vous et moi évoluons? Vers quoi? Vers qui?

Chacun et chacune n’avons-nous pas à assumer lucidement nos responsabilités personnelles à l’égard de la création et à l’égard de nos frères et soeurs de la grande famille humaine?

Texte d’Irénée Beaubien, chrétien, Montréal.

Une pensée constructive

–  La sérénité, c’est l’acceptation de soi-même et de ce qui est. La vie spirituelle offre ce rayonnement.
– Tant qu’il n’a pas perdu le contact premier avec la nature, l’homme peut penser que l’univers est implacable, mais jamais qu’il est absurde.
–  La politique divise. Les gestes de solidarité unissent.
– Il faut que les voix des homme sans voix empêche les puissants de dormir.
– Ce que veulent ceux qui n’ont pas de toit ? Pas d’aumône, pas la pitié ni la charité. Ils veulent un bail et une clé.
– Le pouvoir est fait non pour servir le pouvoir des heureux, mais pour la délivrance de ceux qui souffrent injustement.

Abbé Pierre,
(rapporté par Georges, chrétien, Montréal)

Le mouvement des Indignés

Un texte de Dominique Boisvert

Ce mouvement des indignéEs, ici et partout à travers le monde, représente pour moi quelque chose de beaucoup plus profond et plus important que des campements de tentes plus ou moins prolongés dans des espaces publics. Il s’agit de signes avant-coureurs d’une rupture fondamentale nécessaire par rapport aux règles du jeu et aux valeurs qui dominent le monde actuel, à la fois sur les plans économiques et politiques.

Comment ce bouillonnement évoluera-t-il? Quels en seront les résultats à moyen et à long terme? Nul ne peut le prédire, mais chacunE peut y contribuer. Et donc jouer son petit rôle dans la tournure que prendront les événements.

C’est en ce sens que je vous envoie cette proposition d’Engagements encore en devenir, à la fois comme le signe exceptionnellement espérant des forces de Vie qui sont à l’oeuvre dans ce mouvement des indignéEs et comme une voie concrète que chacunE d’entre nous peut choisir de prendre pour construire cet “autre monde possible” qui est chaque jour plus urgent et nécessaire.