Une économie solidaire?

Novembre est-il vraiment le mois des morts? J’en doute, du moins, pas dans le monde des vivants! De nombreux organismes ont décidé d’en faire un temps très actif de sensibilisation.

Par exemple, l’AQOCI, l’Association québécoise des organismes de coopération internationale, qui tient du 7 au 17 novembre les journées québécoises de la solidarité internationale. Un temps où sont organisées de nombreuses activités qui permettent de se sensibiliser à l’importance d’une solidarité mondiale et du travail effectué par les organismes québécois.

En France, on retrouve aussi des activités liées au développement international. Du 9 au 16 novembre, on y célèbre la semaine de la finance solidaire. Parmi les « produits financiers » qui sont offerts, celui du Crédit coopératif permet d’épargner tout en soutenant différents organismes qui œuvrent au développement international, mais également social et environnemental, dans la communauté locale.

Et les résultats pourraient être immenses. Selon ce que rapporte le Baromètre de la finance solidaire, si chaque français décidait « volontairement » de placer 1% de ses avoirs dans ce genre de produits solidaires, ce serait non pas 3,5 mais bien 35 milliards d’Euros que nos cousins réaffecteraient directement dans des projets sociaux ou environnementaux.

Au Québec, la Caisse solidaire semble jouer exactement le même rôle, en offrant des produits financiers dévolus à la création d’une richesse multipliée, au lieu de n’être que celle de certains intérêts.

Lors d’un Forum international que la Caisse a organisé, les participants en sont venus à cette conclusion principale : « les acteurs de l’économie sociale et solidaire doivent assumer leur responsabilité politique, qui consiste à porter sur la place publique les enjeux de cette économie et d’en débattre, convaincus de contribuer au mieux vivre en société. » Et lors d’une autre rencontre internationale, les participants en arrivaient à la conclusion qu’il « faut développer une économie verte qui soit autre chose que de faire de l’argent avec l’environnement. »

Pensez-vous que l’économie dite solidaire peut véritablement devenir un vecteur de changement?

Pourquoi l’économie n’est-elle pas, tout simplement, solidaire?

MarioB

Laisser un commentaire