Violences idéologiques ou dialogues pacifiques?

Semaine éprouvante pour les défenseurs du dialogue interreligieux et du dialogue pacifique entre citoyens du monde.

En effet, les violences provoquées par la diffusion d’une vidéo jugée offensante – extrait d’un film de deux heures – par des millions de musulmans ont provoqué morts d’hommes, dont l’ambassadeur américain en Lybie.

humanité tissée serrée : s’entretuer ou dialoguer?

Il est troublant de constater que cette diffusion ait été promue par des chrétiens – qui par ailleurs le regrettent aujourd’hui. Lire la suite

Je suis laïc et croyant : ais-je péché?

Laïc vs croyance: pourquoi pas un mixte respectueux des deux?

Laïc vs croyance: pourquoi pas un mixte respectueux des deux au lieu d’une opposition?

Ah la laïcité! Mot un peu fourre-tout, qui ces temps-ci, divise plus qu’il ne fédère.

Je ne suis pas un spécialiste de la question.

Mais, pour avoir interviewé quelque fois des tenants d’une laïcité radicale – c’est-à-dire un monde où la religion n’a aucun droit de citer sur la place publique – je peux dire que je rejette les prémisses de ce modèle radical. Lire la suite

Assise : 300 leaders discutent de paix

Les 300 personnalités invitées par Benoît XVI à la rencontre interreligieuse d’Assise (Italie), le 27 octobre 2011, ont souligné que la religion ne devait pas être instrumentalisée à des fins violentes, ni être la cause de conflits.

Le secrétaire général de la Conférence internationale des chercheurs islamiques Kyai Haji Hasyim Muzadi a relevé que « de nombreux problèmes entre les hommes sur cette terre venaient précisément de ceux qui suivent une religion ». Ce phénomène, a déclaré celui qui se trouve à la tête de la plus grande organisation musulmane d’Indonésie, s’explique par le fait que « des religions authentiques (…) peuvent avoir des disciples qui ne sont pas capables d’en comprendre le caractère salutaire ». Lire la suite

Et l’Amour dans tout ça ?…

Beaucoup de détracteurs des religions, quelles qu’elles soient, avancent (souvent avec justesse) qu’elles ont souvent plus à voir avec des instruments de pouvoir politique ou de contrôle des masses, qu’avec la philosophie de vie qu’elles prétendent enseigner. Toute religion dans son histoire a connu des moments de troubles, où elle a perdu pied avec ses fondements et ses valeurs. L’histoire nous a appris à reconnaitre les vraies motivations des guerres qui se disent « saintes » et sans doute qu’aucune religion ne peut se vanter d’être sans tâche de ce point de vue. Certainement y a t’il encore aujourd’hui dans beaucoup de groupes religieux, des communautés qui vivent leur foi de façon très « sociale » et artificielle – d’où un rejet compréhensible de certaines personnes qui ne se reconnaissent pas dans ces rites, coupés de l’intimité avec le divin. Lire la suite