Pacifique, oui mais jusqu’où?

logo_collectif

« Tout le monde veut aller au ciel, oui mais personne ne veut mourir », raconte avec exactitude la chanson humoristique. Peut-être que l’on peut dire la même chose de la paix. Tout le monde la veut, oui mais qui veut y travailler concrètement?

Suzanne Loiselle est directrice de l’Entraide missionnaire. De plus, elle est membre du Collectif échec à la guerre. Dans cette entrevue enregistrée avant le début des fêtes, elle nous raconte que devenir pacifiste et militer activement pour la paix est loin d’être évident.

Il est facile de se dire pour la paix. Par contre, comment arriver à ce qu’elle soit une réalité d’abord vécue en soi? Comment rendre cette phrase de l’Évangile bien concrète – « Paix aux Hommes de bonne volonté » -, dans une société plutôt individualiste qui cherche souvent à « avoir la paix », chacun dans son coin et bien emmitouflé? « Fiche moi la paix », comme le dit la célèbre expression, ne veut pas dire nécessairement que la paix est conclue…

Soyez à l’écoute de ce témoignage en guise d’entrée dans le temps des fêtes,
le mardi 23 décembre à 9 h, sur les ondes du réseau de Radio VM.
Demain l’humanisme est présentée
en collaboration avec Copam et le Relais mont-royal logo

Manger pour réconcilier

À gauche, Frédéric Lavoie en compagnie de Charles-Antoine Crête (source: TV5)

À gauche, Frédérick Lavoie en compagnie de Charles-Antoine Crête (source: TV5.ca)

En ce Jour du Souvenir, il est bon de se rappeler que la paix est possible. De grands sommets peuvent mettre fin à des conflits armés. Il est aussi prouvé que la bonne chère fait du bien au corps, et peut-être encore plus à l’âme. Le lien? Et si elle servait à réconcilier? 

Rassembleurs d’ennemis, nos deux protagonistes – Frédérick Lavoie, journaliste indépendant et Charles-Antoine Crête, Chef cuisinier – nous parlent des expériences qu’ils ont vécues partout dans le monde, à la rencontre des ennemis qu’ils invitent à une même table.

Inspirée d’une série norvégienne, À table avec l’ennemi débute ce jeudi 13 novembre à 20 h, sur les ondes de TV5. Risquer la réconciliation, mieux comprendre les enjeux d’un conflit et chercher la paix : voilà ce à quoi nous convient nos hôtes.

Pour parler de cette expérience unique, Charles-Antoine et Frédérick sont avec nous dès 9 h, sur les ondes de Radio VM, le mardi 11 novembre, 9 h. En rediffusion le mercredi 12 novembre à 5 h.

Lien internet : voir la bande annonce

Tuer au nom de Dieu? Pas pour moi.

peace_symbolUn prêtre que j’ai interviewé plusieurs fois m’avertissait souvent en entrevue – et
je paraphrase – 
: ‘Vous êtes naïfs en Occident!’ 

Le père Henri Boulad est un Jésuite Égyptien. Il considère que l’Occident réagit souvent trop naïvement et pas assez fortement concernant la montée de l’islamisme radical. Les événements de Saint-Jean-sur-Richelieu et d’Ottawa vont-ils confirmer ses propos?

Bien sûr, je me pose la question ce matin. Je ne peux m’empêcher de penser que l’appel au Djihad est entendu, même par des québécois de souche.

Mais qu’entendent-ils? L’appel d’un Dieu vengeur et récriminateur?

Tuer au nom de Dieu? Pas pour moi. Lire la suite

Paix sans armes : utopie?

 

Columbine High School au Colorado, théâtre d'une des pires fusillades de l'histoire américaine.

Columbine High School au Colorado, théâtre d’une des pires fusillades de l’histoire américaine.

Mercredi 30 janvier 2013. Nouvelle fusillade aux États-Unis, à Phoenix, capitale et principal centre économique de l’Arizona. Coïncidence ou coup planifié? Toujours est-il que Gabrielle Gifford, ancienne représentante démocrate de l’Arizona, et elle-même victime d’une fusillade qui l’a laissé handicapée, comparaissait le même jour devant une commission du Congrès qui se penche sur la question du renforcement des lois contribuant au contrôle des armes à feu.

Il semble que dans les bulletins de nouvelles états-uniens, la fusillade d’aujourd’hui, comme d’autres qui ne feront pas beaucoup de morts ou ‘‘seulement’’ des blessés, relève presque du fait divers. Depuis celle de Newtown au Connecticut le 14 décembre dernier, c’est la deuxième. Mais, comme ce sont des adultes qui sont touchés, il semble que nos voisins du sud y accordent moins d’importance, comme si la chose était devenu fatalement normale : quelques secondes dans les bulletins nationaux.

De plus, n’eût été que les principales victimes de la tuerie de Newtown soient des enfants – 20 sur les 27 personnes tuées –, on peut se demander si les américains se seraient questionnés autant à propos de leurs droits et de leurs lois concernant le port et l’achat d’armes à feu.  Lire la suite

Silence de bombardements

Le silence inspirée par cette Baie n’est pas le même que vivent les esprits noués par la peur des bombes.

Un silence meurtri et imprimé dans les mémoires. Celui des femmes et des enfants qui doivent tous les jours courir se cacher parce que les bombes sifflent sous leurs têtes, dans leurs cours, puis sur toutes ces personnes innocentes. Et comme jamais, selon un rapport qui parle des crimes contre l’humanité. Lire la suite

Assise : 300 leaders discutent de paix

Les 300 personnalités invitées par Benoît XVI à la rencontre interreligieuse d’Assise (Italie), le 27 octobre 2011, ont souligné que la religion ne devait pas être instrumentalisée à des fins violentes, ni être la cause de conflits.

Le secrétaire général de la Conférence internationale des chercheurs islamiques Kyai Haji Hasyim Muzadi a relevé que « de nombreux problèmes entre les hommes sur cette terre venaient précisément de ceux qui suivent une religion ». Ce phénomène, a déclaré celui qui se trouve à la tête de la plus grande organisation musulmane d’Indonésie, s’explique par le fait que « des religions authentiques (…) peuvent avoir des disciples qui ne sont pas capables d’en comprendre le caractère salutaire ». Lire la suite