Noël sous l’oeil humaniste

candles-224565_1920Noël, grande fête aux accents commerciaux démesurés, est vécu de bien des manières aujourd’hui. Si la fête est toujours un moment important du calendrier des fêtes chrétiennes, les personnes qui doutent de l’existence d’un Dieu, ou qui ont une recherche de sens qui est autre, n’ont pas la même vision.

Certains ont la nostalgie de l’enfance heureuse. D’autres détestent « à s’en confesser » ce moment de l’année où les faux sourires et l’obligation d’être heureux crée l’effet inverse. Ou bien, on s’enfonce dans le consumérisme et l’on se réveille le 4 janvier avec la note…

Alors, dans une perspective humaniste, comment se vit ce moment de l’année?

Mardi 22 décembre, dès 9 h, sur les ondes de Radio VM, rencontre avec trois invités: Éric Vin, étudiant au Département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM), Florence Vinit et Valérie Bourgeois-Guérin, professeures à ce même département. Tous les trois font parties de la section humaniste. logo

Dernière

Par ailleurs, cette émission est la dernière présentée en collaboration avec le Département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM), section humaniste.

Grand merci aux professeurs qui sont venus partager leur savoir: 

Marc-Simon Drouin (également directeur du Département)
Christian Thiboutot
Florence Vinit
Valérie Bourgeois-Guérin
Pierre Plante
Mélanie Vachon

Toutes les émissions précédentes peuvent être écoutées sur le site web du réseau de Radio VM, dans le section Demain l’humanisme,
www.radiovm.com
. Ouvrir l’onglet découvrir
. Ouvrir l’onglet émissions
.
Aller sur la lettre D pour Demain l’humanisme
. Choisir la date de l’épisode pour écoute.

Éric-Emmanuel Schmitt à Demain l’humanisme

Éric-Emmanuel Schmitt, lors de son passage à Demain l'humanisme.

Éric-Emmanuel Schmitt, lors de son passage à Demain l’humanisme.

Avec l’auteur du Visiteur  et de La part de l’autre, nous avons – bien sûr! – discuté de religions et d’humanisme. Nous avons également abordé le sujet de son dernier roman, L’élixir d’amour.

« L’amour relève-t-il d’un processus chimique ou d’un miracle spirituel ? Existe-t-il un moyen infaillible pour déclencher la passion, comme l’élixir qui jadis unit Tristan et Yseult ? Est-on, au contraire, totalement libre d’aimer ? »

Rencontre sous le signe du plaisir et du rire.

Lire la suite

Mariage gay : où se situe l’humanisme?

En France, la tempête annoncée et vécue avec l’adoption de la loi qui légalise le mariage entre conjoints de même sexe (23 avril dernier), a bel et bien eu lieu. Elle s’est calmée, mais s’est-elle arrêtée? 

Portraits de manifestants pour le mariage homosexuel (à gauche de l'image) et contre (à droite de l'image) (Source: medialab.yesfuture.net)

Portraits de manifestants pour le mariage homosexuel (à gauche de l’image) et contre (à droite de l’image) (Source: medialab.yesfuture.net)

Dans une entrevue diffusée en (petites) parties sur le site web du journal Le Monde, Christine Boutin, présidente du Parti chrétien-démocrate (PCD, associé à l’UMP), a rappelé son opposition ferme à la loi.

Société : « seuls la consommation et le fric comptent »

En plus de considérer qu’elle « viole la consciaence et qu’il y a des lois supérieures à la loi [de la République] », l’ancienne députée et ministre estime que le « mariage gay » est le « révélateur de cette société que nous avons construite, une société libérale-libertaire dans laquelle seuls la consommation et le fric comptent. »

Une opinion que ne partagerait probablement pas son homonyme chrétien, Mgr Jacques Gaillot, évêque de Partenia.

Lire la suite

Encore plus d’argent s’il-vous-plaît

Je lisais dans Le Devoir du jeudi 24 mai 2012 un article de Gérard Bérubé sur la rémunération des hauts dirigeants d’entreprise. Le titre? « Rémunération honteuse ».

« Le Centre canadien de politiques alternatives avait déjà calculé qu’avant la crise de 2008, la rémunération de la haute direction des 100 plus grandes entreprises canadiennes inscrites en Bourse atteignait 259 fois celle du travailleur moyen à temps plein, sous le jeu d’une rémunération majoritairement variable, collée aux aléas boursiers », indique Monsieur Bérubé. « Ce rapport était de 115 fois l’année précédente et de 24 fois en 1996. Dans l’intervalle, aux États-Unis, pays aux généreuses options d’achat sur actions, le ratio est passé de 40 à 411 fois pour les dirigeants d’entreprise composant l’indice boursier S P 500. »

Tout cela est troublant à l’heure où les gouvernements nous disent qu’ils ont de moins en moins d’argent pour les services publics, et où on demande aux étudiants de faire leurs « juste part » (source : plusieurs membres du gouvernement québécois).

Qui s’enrichit grâce à qui, ou sur le dos de qui? Est-ce normal? Lire la suite

Nos peurs sont elles en train de nous détruire ?

La crise que traverse actuellement le Québec est vécue de diverses manière, en fonction des intérêts personnels et des opinions politiques de chacun. Depuis presque le début du conflit, on peut observer un clivage important entre ceux qui soutiennent le mouvement étudiant (contre la hausse des frais de scolarité) et ceux qui souhaitent un retour au calme. Les avis sont souvent tranchés sur des postures politiques, mais malheureusement il me semble que les questions fondamentales ne sont pas souvent posés. Or elles pourraient nous aider à discerner ce qui pourrait être fait de façon pragmatique pour donner à la société tout entière un environnement plus juste et plus favorable au développement. Lire la suite

Joseph Moingt: pour un humanisme chrétien

Religieux - août 2011Le texte ci-après est le compte rendu de la conférence du Père Joseph Moingt prononcée le 27 mars 2011, lors de la Rencontre de la Communauté Chrétienne dans la Cité (CCC).

Dans ce texte franchement évolutif, on trouve des pistes de réflexion très constructives pour qui s’intéresse à la question du christianisme aujourd’hui et de son évolution dans un monde « multicroyant ». En voici un extrait.

« Il y a là un patrimoine du christianisme, et, pour moi, il est devenu de plus en plus clair que la tradition chrétienne s’est répandue par deux voies. Par une voie ecclésiale, mais aussi par une voie philosophique. Il y a une tradition philosophique. Il y a un patrimoine, dont les chrétiens ne doivent pas se détourner, qu’ils ne doivent pas laisser dépérir. Lire la suite

Quel humanisme cherchons-nous?

Le 24 mars 2011, à l’Unesco, s’est tenu un dialogue entre croyants et non-croyants. Je retiens ces lignes d’une réflexion de Fabrice Hadjadj sur le Transhumain.

« Il s’agit de poser la question de l’homme, et de reconnaître que ce qui fait sa spécificité n’est pas d’être un super-animal plus puissant que les autres, mais d’être ce réceptacle qui recueille toute créature avec amour, pour la tourner, par sa parole, par sa prière, par sa poésie, vers sa source mystérieuse.

Certains disent que l’émergence de l’homme serait due à sa plus grande capacité d’adaptation au monde. En même temps, l’homme fait figure de grand inadapté : au lieu de vivre paisiblement selon l’instinct, il cherche un sens, il désire un au-delà, un au-delà non pas forcément comme un autre monde, mais comme une manière de pénétrer dans le secret de ce monde.

Quand on prétend fonder l’humanisme sur l’homme lui-même, il se passe la même chose que lorsqu’on prétend ériger un édifice en dehors de tout appui extérieur : il s’effondre. Pour que l’édifice s’élève, il a besoin d’un sol. Pour que l’homme s’élève, il a besoin d’un Ciel. Ce que j’appelle un Ciel, c’est une espérance. »

Georges, chrétien à Montréal, Canada.