Réflexion sur Le parvis des gentils

Le cardinal Gianfranco Ravasi a évoqué de prochaines éditions du Parvis des Gentils, initiative vaticane en vue d’établir un dialogue entre croyants et non-croyants.

À l’origine, le Parvis des Gentils était le nom donné à la cour du Temple de Jérusalem réservée aux non-juifs. Appelé de ses vœux par Benoît XVI, en 2009, l’initiative du Parvis des Gentils se présente comme une nouvelle « structure de dialogue entre croyants et non-croyants ». Le lancement officiel du Parvis des Gentils a eu lieu à Paris, les 24 et 25 mars 2011. La manifestation organisée à l’UNESCO, à la Sorbonne et à l’Académie française, s’est terminée par une fête, sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris, au cours de laquelle Benoît XVI est intervenu par vidéo interposée.

Il s’agit de construire un espace de dialogue « avec ceux pour qui la religion est une chose étrangère, pour qui Dieu est inconnu et qui, cependant, ne voudraient pas rester simplement sans Dieu, mais l’approcher au moins comme inconnu », selon les mots du pape. Il me semble que si l’on souhaite un dialogue entre croyants et incroyants, la préparation de telles rencontres doit se faire entre des représentants des diverses religions (pas seulement du Vatican) et des membres incroyants. Ceux-ci ne doivent pas être invités à connaître la religion et Dieu mais à partager leurs propres visions de l’existence humaine. Les croyants ne doivent pas venir à ces rencontres pour ‘convertir’ les incroyants mais pour comprendre la pensée des incroyants et recevoir d’eux des éléments de vérité.

Georges, chrétien à Montréal.

Laisser un commentaire