On est 7 milliards, faut s’parler!*

1687773_orig

Une publicité racoleuse, pourtant lancée comme un programme à accomplir entre citoyens. Si on commençait?

Israël, Gaza, Ukraine, – Mali? – « même combat » comme le dit l’expression consacrée. Des civils y jouent le rôle ingrat de dommages collatéraux. Nous sommes sept milliards, un de plus ou bien un de moins se disent peut-être les cyniques seigneurs de guerre…

Pourtant, je lisais sur une page web consacrée à la question des civils ayant vécu la première guerre mondiale, que des règles avaient été édictées dès le XIXe siècle afin d’éviter ces carnages de citoyens ordinaires.

« À la fin du XIXet au début du XXe siècle des règles avaient été édictées pour, en principe, protéger les populations non-combattantes durant les conflits ».

Le nombre de victimes civils du premier conflit mondial est évalué à près de neuf millions, celui de la seconde guerre a été évalué à 60 millions.

Autrefois, on envoyait guerroyer les soldats, les chevaliers et autres samouraïs sur des champs de lointains. Aujourd’hui, les bombes de longue portée permettent – en théorie -de régler, sans trop de soldats, les conclusions d’un conflit.

Mais les civils ordinaires demeurent les grands perdants.

Sur tous les fronts, ils doivent composer avec la guerre. D’abord, quand leurs enfants y sont envoyés. Puis, quand le conflit devient plus long, plus imposant, ce sont les denrées et les ressources qui viennent à manquer. Il faut bien faire « son effort de guerre ».

La bière fraternelle

Quand tout est finit, les civils doivent payer pour les pots cassés, « l’effort de reconstruction ».

Pourtant, il serait si facile de se parler. Un peu comme autour d’une bière…

Le slogan publicitaire *On est six millions, faut s’parler, sorti au Québec en 1975, était un hymne à la rencontre de l’autre. Une annonce de bière!

Au début de la publicité, le livreur de bière affirme : « J’ai r’marqué ça; le monde quand t’é connais, c’est toujours du bon monde. Ça prouve qu’y faut s’parler. »

Et si, aujourd’hui dans le monde entier, on ‘s’parlait’ entre civils?

Si on prenait le pouvoir et l’audace de dire à nos régnants (dirigent-ils seulement?),
que la guerre

n’est jamais une solution, qu’est-ce qui arriverait?

À vos claviers,

MarioB

Liens d’intérêts

Un livre de Anne Duménil sur l’expérience de guerre des civils
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/ouvrages/3303331280439-la-guerre-au-xxeme-siecle

Caricature de Serge Chapleau: la colombe de paix dépressive…
http://www.lapresse.ca/photos/caricatures/201407/21/12-12627-caricatures-du-20-au-26-juillet-2014.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_photos_plus_recentes_caricatures_2378_section_POS1#883021-22-juillet-2014

 

 

Laisser un commentaire