Les grandes gueules moralistes créent des fossés : pourquoi ?

Les émeutes de la Grande-Bretagne sont une occasion en or pour les bons moralistes de s’exprimer allégrement. Quelle honte que cette violence! Quelle honte que ces vols! C’est vrai : c’est honteux. Tout aussi violentes et honteuses les coupures sociales mises en place par des parlementaires loin de leurs commettants. Ou plutôt, si près de leurs amis les riches… Les beaux discours et les indignations stupides me mettent hors de moi.

La justice sans la mise en place de véritables solutions qui touchent le quotidien – amélioration de l’éducation, amélioration des systèmes de santé, amélioration des conditions de travail – cette justice ne fera qu’augmenter la grogne.

Une bonne société jubile de voir les finances publiques être assainies. Enfin, les livres s’équilibrent! Une bonne société fréquente la morale économique avec allégresse. Celle qui est violente mais dont on ne voit les ravages que des années plus tard : dans les gens sans emploi, sans éducation, sans santé.

Cette bonne société, a-t-elle seulement oublié que Dieu n’habite pas la bourse? Du moins, celui dont ils se réclament allégrement quand ils fréquentent leurs églises… À moins qu’ils soient hypocrites…

Oh… et un certain Jésus aurait dit ‘Race de vipère’… Laissez-moi être un brin aussi insolent. Car leurs discours, après des coupures sociales violentes, sont tout simplement inacceptables. Des discours de paresseux qui, au lieu de chercher de véritables solutions à long terme, préfèrent remplir les prisons pour créer une façade de sécurité. N’importe quoi.

Devoir : lire l’évangile de Luc, chapitre 16, versets 19 à 31. Ô bons moralistes, au lieu de créer des fossés, pourquoi ne dressez-vous pas des ponts?

Votre Dieu est-il celui de Jésus ou de la bourse?

Laisser un commentaire