Laïcité et montée de l’Islam : nuances

La question de la laïcité revient régulièrement dans l’espace de l’actualité. Dernièrement, c’est le magazine L’Actualité qui interviewait le sociologue français Raphaël Liogier à ce propos. La question de la montée de l’Islam en Europe, souvent décriée comme un phénomène menant le vieux continent vers la religion du Croissant, a été abordée.

Mais contrairement aux détracteurs de cette situation, le sociologue spécialisé dans les questions religieuses ne croit pas que la montée soit réellement menaçante. Il considère que, même avec les taux actuels de natalité et d’immigration, il y aurait tout au plus 10% de la population européenne qui pourrait être musulmane dans une centaine d’années.

Une violence soutenue par le désengagement publicLe phénomène de conversion est fréquent dans les banlieues françaises, certains gangs violents s’y réclament de l’Islam. Mais ce serait un phénomène de « violence ordinaire marquée dans les quartiers pauvres en périphérie des grands centres, où la vaste majorité des musulmans sont encore concentrés. »

Le sociologue estime que cette « nouvelle ferveur musulmane n’est pas source d’instabilité, mais une réaction contre la précarité et la violence. » Et selon des enquêtes dans les banlieues, « la majorité des gens qui se mettent à pratiquer le font pour se donner une nouvelle régularité, un repère moral. »

De plus, le phénomène de conversion est marqué là « où les structures publiques se désengagent ». Ensuite, « la socialisation religieuse prend le pas, avec des écoles coraniques et des associations très dynamiques. On a aussi observé, chez les adolescents, qu’un engagement religieux soutenu était un facteur de réussite scolaire », indique encore Liogier

Par contre, il ne nie pas que l’islam puisse « devenir, pour ceux qui se sentent dépossédés, méprisés et sans avenir, l’emblème de la lutte contre le système ». Mais pas nécessairement par lien spirituel que « justement parce qu’ils sentent bien que cette religion fait peur aux nantis. Ce n’est pas l’islam en tant que doctrine qui les attire, mais la révolte contre les puissants. »

Conseils aux Québécois

Enfin pour les Québécois, son conseil est simple : ne pas suivre le modèle français qu’il considère comme « une dérive ».

Il explique : « La loi de 2004 interdisant les signes religieux ostensibles dans les écoles publiques en est l’illustration. Le principe de neutralité s’appliquait jusque-là aux fonctionnaires de l’enseignement, mais la neutralité n’avait jamais été imposée aux élèves. Et pour cause?: elle était justement là pour protéger la libre expression de leurs identités. La laïcité traditionnelle française, c’est la neutralité des représentants de l’État. Aujourd’hui, on est dans une laïcité qui neutralise les gens et qui est en contradiction avec les droits de l’homme. »

Et vous, considérez-vous que la neutralité vaut aussi bien pour les professeurs que pour les étudiants ?
La laïcité est-elle en contradiction avec les droits de la personne ?

À vos claviers

MarioB

Lien d’intérêt:
Des algériens et leur rapport différent au Ramadan
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20130804.OBS2156/algerie-dejeuner-public-en-plein-ramadan.html

Laisser un commentaire