La gifle du pardon

Vitrail représentant la résurrection, Sanctuaire Cap-de-la-Madeleine. Oeuvre du père Jan Tillemans, un Oblat de Marie Immaculée d’origine hollandaise. "Il était un maître artisan et un poète du vitrail", nous dit le site web du Sanctuaire.

Vitrail représentant la résurrection, Sanctuaire Cap-de-la-Madeleine. Oeuvre du père Jan Tillemans, un Oblat de Marie Immaculée d’origine hollandaise. « Il était un maître artisan et un poète du vitrail », nous dit le site web du Sanctuaire.

Pâques est la plus grande fête chrétienne, malgré le mystère scientifique qui entoure la résurrection. Nos esprits modernes doutent, et même, renient! : « c’est trop fort et l’histoire est un peu vaseuse », diraient certains. Les chrétiens eux croient aujourd’hui sur la base du témoignage de foi des apôtres : elles et ils l’ont vu vivant après qu’il ait été cloué sur une croix et qu’il ait donné son dernier souffle à Dieu.

Pourquoi la résurrection?

À mes yeux, certainement pas pour montrer la puissance de Dieu. Du moins, non pas une puissance fanfaronne comme celle d’un dieu dictateur. Mais plutôt, parce que Ieshoua, sur la croix – et tout au long de sa vie d’ailleurs –, pardonne.

Ce n’est pas à cause de ses bonnes actions ou de son bon comportement. Il pardonne. Et ce pardon apporte la guérison psychique et physique à ceux et celles qu’il rencontre. Un pardon ambulant sur deux pattes dont la vie est si forte que Dieu ne peut faire qu’une chose: lui redonner souffle.

Résurrection en Iran

La nouvelle d’une femme musulmane sauvant la vie d’un condamné à mort fait le tour de la planète. Les images sont stupéfiantes. Cette femme est la mère dont le fils a été assassiné par le jeune homme. Au lieu de pousser la chaise de celui qui a tué la chair de sa chair, elle pardonne. Certes, en le giflant, mais pas de mort pour payer la mort. Parce que la veille, son fils est apparu en rêve. Il lui disait que là où il est, il est bien. À partir d’un rêve, un instinct, la présence d’un fils qui va bien, elle décide de donner ce qu’elle a reçu, et pardonne. « Je suis croyante », a-t-elle également indiqué. Il paraît qu’on faisait aussi pression autour d’elle pour qu’elle accorde son pardon.

Mais tout de même, elle avait le choix de pousser sur la chaise, ou le choix de gifler. Une gifle du pardon elle a choisi.

Geste ultime qui est difficile au quotidien. Imaginez quand c’est pour le meurtre de son fils! Cette dame tire aussi son raisonnement à partir des écrits sacrés qu’elle connaît, ceux du Coran. Pour moi, comme chrétien, elle acte réellement l’Évangile, mot grec qui signifie « Bonne Nouvelle ».

Trop beau pour être vrai? Et si cette miséricorde était une manipulation du régime iranien?

Si machination il y eu, alors, ne me le dites pas. Laissez-moi l’illusion ou l’esprit de cette Bonne Nouvelle. Parce que ce geste – machiné ou non -constitue déjà pour moi une Bonne Nouvelle.

Et c’est la vérité de l’esprit du pardon qui devient première et qui est révélée.
Le reste est détail d’histoires de commères.
À partir de cet esprit, je peux de nouveau marcher un peu plus loin, en tant qu’être humain.

Et pour vous, quelle Bonne Nouvelle raconte cette histoire?

Joyeuses Pâques!

MarioB

Lien d’intérêt

Un numéro très réussi de la revue Parabole, à propos de Pâques et de la résurrection;
un point de vue chrétien
http://www.interbible.org/socabi/documents/Parabole_30-1.pdf

Les cloches de cette communauté sonnent une résurrection : celle de l’unité des chrétiens.
Taizé aura 75 ans en 2015
http://www.taize.fr/fr_article16576.html
Les cloches de Taizé
http://www.taize.fr/fr_article4799.html

Traduction du Pain sur la Table de l’Évangile de la résurrection, et commentaire
http://relaismontroyal.org/wp/evangile-du-dimanche-20-avril-2014/

Laisser un commentaire