Grande-Bretagne: débat sur la légitimité morale de l’infanticide

En ouvrant le débat sur la légitimité morale de l’infanticide, la revue britannique « Journal of Medical Ethics » suscite de vives réactions dans la société anglaise.

L’infanticide d’un bébé peut-il être considéré d’un point de vue éthique comme l’équivalent d’un avortement ? Telle est la question que posent Alberto Giubilini, professeur à Milan et Francesca Minerva, professeure à Melbourne. Selon eux, on devrait, sur le plan théorique, être autorisé à tuer des nouveau-nés dont l’état de santé physique ou mentale aurait justifié un avortement. 

Lord Alton, co-président du groupe parlementaire interpartis pour le droit à la vie, s’est dit choqué qu’une revue d’éthique médicale accorde de la place dans ses colonnes à une telle thèse. Pour lui, ce fait n’illustre pas une pente glissante, mais le bourbier dans lequel la déontologie et la société se sont enfoncées. Le choix personnel a éclipsé le caractère sacré de la vie. Pour Lord Alton, il est profondément inquiétant et choquant de voir des personnes, dont c’est la charge de former des professionnels de la santé, abandonner ainsi la croyance traditionnelle dans l’aspect sacré de la vie humaine. (APIC)

Une réflexion au sujet de « Grande-Bretagne: débat sur la légitimité morale de l’infanticide »

  1. Il est toujours troublant de penser à l’infanticide comme solution à un problème. D’autant plus quand on sait que des enfants se battent pour survivre tous les jours pour vivre.
    Samuel

Laisser un commentaire