Famille : choix d’amour ou obligation du sang?

Tout d’abord une très heureuse et bonne année 2013, sainte en prime si vous le voulez!

Représentation de la nativité sur une nappe d'autel. Bethléem veut dire 'maison du pain'.

Représentation de la nativité sur une nappe d’autel. Bethléem veut dire ‘maison du pain’.

Dans le journal La Croix du 10 décembre dernier, le philosophe Michel Serre revient sur la question délicate du droit à l’adoption d’enfant qui pourrait être accordé cette année aux couples français de même sexe, tout comme le mariage.

Il fonde sa réflexion sur l’épisode de l’Évangile selon l’écrit de Luc appelé couramment la Sainte-Famille (chapitre 2, versets 41 à 52).

Extraits :

« Ce que l’église (sic) peut apporter au monde aujourd’hui, c’est le modèle de la Sainte Famille. Ce modèle se trouve dans l’Évangile de saint Luc. On y lit que le père n’est pas le père – puisqu’il est le père adoptif, il n’est pas le père naturel –, le fils n’est pas le fils – il n’est pas le fils naturel. Quant à la mère, forcément, on ne peut pas faire qu’elle ne soit pas la mère naturelle, mais on y ajoute quelque chose qui est décisif, c’est qu’elle est vierge. Par conséquent, la Sainte Famille est une famille qui rompt complètement avec toutes les généalogies antiques, en ce qu’elle est fondée sur l’adoption, c’est-à-dire sur le choix par amour. »

 

Et encore :

« Je crois que l’adoption est la “bonne nouvelle” de l’Évangile. Avant l’Évangile, il y avait la généalogie, les lois tribales, c’est-à-dire les lois par héritage. Aujourd’hui encore, ce qui rend impossible l’arrivée de la démocratie, ce sont des luttes entre familles, entre tribus, les clans, comme autrefois dans le Moyen-Orient antique.

La nouveauté extraordinaire du point de vue politique, anthropologique et moral du christianisme, c’est d’avoir supprimé cet héritage naturel et d’y avoir substitué l’adoption, le choix délibéré et libre par amour. »

Un avis tout à fait inusité.

Qu’en pensez-vous ?

Cet avis cadre-t-il avec les valeurs de l’Évangile ?
Cet avis vous semble-t-il complètement insensé ou fait-il sens ?
Cet avis est-il une porte ouverte vers une meilleure compréhension de l’être humain ou est-il une idée farfelue qui met en danger l’institution de la famille ?

À vos claviers !

MarioB

Liens d’intérêts

Texte de Michel Serres sur la génération du pouce!
http://www.academie-francaise.fr/petite-poucette-les-nouveaux-defis-de-leducation

Commentaire sur l’Évangile de la Sainte-Famille par une paroisse Jésuite française
http://www.stignace.net/homelies/stefamilleC06.htm

Une réflexion au sujet de « Famille : choix d’amour ou obligation du sang? »

  1. Le débat est vif en France et je connais des personnes des 2 côtés de la barrière qui se construit peu à peu là bas. Personnellement cette réflexion sur la famille, me fait immédiatement penser à Marc 3, 33-35 :

    « Qui est ma mère ? qui sont mes frères ? ». Et parcourant du regard ceux qui étaient assis en cercle autour de lui, il dit : « Voici ma mère et mes frères. Celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma soeur, ma mère. »

    C’est pour moi, une des révolutions de la pensée chrétienne : la remise en question des liens biologiques, pour donner autant d’importance aux liens symboliques qui nous unissent aux autres enfants de Dieu.

Laisser un commentaire