Éliminer la pauvreté : utopique?

Logo de ADT-Quart Monde, organisme international qui lutte contre la misère.

Logo de ADT-Quart Monde, organisme international qui lutte contre la misère avec, entre autres, les plus pauvres par des universités.

Petit rappel: jeudi 17 octobre, c’était la journée internationale pour l’élimination de la pauvreté. Utopique, impensable, irréalisable : éliminer la pauvreté. Personne ne semble vraiment y croire. Pourquoi? Peut-être parce que l’éliminer veut dire modifier, changer, transformer des façons de faire qui créent la pauvreté ou la perpétuent. Cela veut dire être inventif, innovateur et persévérant. Sommes-nous trop paresseux au niveau des idées? Avons-nous succombé, comme individu et/ou comme société, à la tentation ultime du ‘Me, myself and I’?

Deux exemples

Récemment, deux exemples ont attiré mon attention. 

D’abord, cette femme qui a failli se faire couper les vivres, malgré qu’elle soit déclarée inapte au travail,  parce que le gouvernement québécois cherche présentement à réduire les frais de son service de soutien social.

Même si elle a accepté une entente avec le Ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale qui réduira cette coupure, la marge de manœuvre dont elle dispose chaque mois sera toujours très en dessous de ce qui est acceptable pour arriver à même de survivre : pas de vacances, pas de sortie improvisée, etc.
Lire la nouvelle en cliquant ici.

Puis, le FRAPRU, Front d’action populaire en réaménagement urbain, qui rappelle que depuis 2006, 11% de plus des ménages canadiens doivent consacrer plus de 50% de leurs revenus pour payer leur loyer.

La Presse Canadienne rapportait le 14 octobre dernier :
« Le FRAPRU veut que le gouvernement Harper s’engage au maintien de ses subventions aux quelque 600 000 logements sociaux déjà existants, dont 127 000 au Québec, afin qu’ils demeurent accessibles aux ménages qui y vivent mais aussi pour ceux qui en auront besoin à l’avenir. »

« Le FRAPRU affirme que depuis 2006, le nombre de logements subventionnés par le gouvernement fédéral a diminué de 34 000 au Canada et que d’ici 2017, il chutera de 104 000 additionnels, selon des données qu’il puise à la Société canadienne d’hypothèques et de logement. »

Pour arriver à se donner davantage d’outils pour contrer la pauvreté, quel esprit faut-il adopter ?

Avons-nous perdu notre sens solidaire ?

Est-ce que l’idée d’éliminer la pauvreté vous paraît irréalisable et pourquoi ?

Sinon, comment y arriver ?

À vos claviers !

MarioB

 

Une réflexion au sujet de « Éliminer la pauvreté : utopique? »

Laisser un commentaire