Détresse en RDC : pourquoi ?

Drapeau de la République Démocratique du Congo

Le drapeau de la RDC: à quand le plein respect de sa population?

Dans son édition du vendredi 23 novembre dernier, le bulletin d’informations Proximo – spécialisé dans le fait religieux local, national et international – rapportait une information de l’Agence missionnaire MISNA.

Les évêques africains lancent « un nouveau cri de détresse pour venir en aide aux civils affectés par l’interminable conflit dans l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC). » Le 21 novembre, ils ont émis une déclaration dans laquelle ils indiquent que les femmes, les enfants et les vieillards sont les principales victimes de ce conflit.

Depuis plusieurs années, des organisations non gouvernementales catholiques, comme Aide à l’Église en Détresse (AED) ou encore Développement et Paix (DP), lient directement – grâce aux nombreux contacts qu’ils ont sur le terrain – l’exploitation des ressources naturelles de l’est de la RDC aux violences qui y sont vécues.

Le président de la Caritas Internationalis, qui regroupe les ONG de charité catholiques du monde entier, le français Michel Roy, a « plaidé la cause de l’Afrique ». Il n’y va pas par quatre chemins : selon lui,  les multinationales – on n’indique pas lesquelles – y voient « un réservoir généreux » de ressources naturelles. Elles ne porteraient aucun intérêt aux habitants, que ce business trouverait plutôt « encombrants ».

Dans une entrevue avec l’AED, Mgr Bernard Kasanda, évêque de Mbuji-Mayi (centre-sud du pays), est clair : l’instabilité est créée par les richesses colossales en minerais de toute nature et le pétrole. Et ne rien de sérieux ne semble entrepris pour réglementer ce milieu, largement contrôlé par des multinationales occidentales, dont plusieurs canadiennes.

De plus, Mgr Kasanda allègue que le Rwanda veut étendre son territoire sur l’Est de la RDC, aux mépris des lois internationales… et avec la complicité de la communauté internationale. « Cependant, a-t-il précisé, la situation du pays ces dernières années et la complicité de la communauté internationale, le choix du Rwanda comme membre du Conseil de sécurité au moment où ce pays était accusé de graves violations contre l’intégrité territoriale de la RDC, tout cela donnait des signes clairs d’une semblable évolution, à savoir l’invasion de l’est du pays. »

Développement et Paix avait fait il y a quelques années, une campagne d’information et de plaidoyer, sur trois ans, afin de sensibiliser et même, de faire voter une loi au Canada qui voulait rendre les minières canadiennes imputables de leurs actions et collaborations à l’extérieur du pays. Le projet de loi privé C-300 avait été présenté à la Chambre des Communes en octobre 2010, mais avait été battu : 134 voix pour et 140 contres. (voir l’info de 2010).

Questions :

Ces informations sont-elles nouvelles pour vous?
Et dans les deux cas – oui et non – comment réagissez-vous?

MarioB

Liens d’intérêts

Revers pour des victimes congolaises
http://www.rfi.fr/afrique/20121103-canada-cour-supreme-refuse-entendre-victimes-massacre-kilwa-rdc

Propos de Soeur Marie Bernard
http://www.devp.org/fr/international/drc

Laisser un commentaire