Caricature et film : débat, respect, liberté, etc.

Une caricature de Mahomet et un film moquant le prophète Mahomet créent de nouveaux remous.

Sur ces sujets, le magazine chrétien La Vie lançait cette semaine une question fort pertinente : Chrétiens, musulmans, même combat pour le respect?

D’ailleurs, l’appel au respect lancé par les différents leaders des traditions religieuses me exemplaire : le respect doit dominer sur toute liberté excessive qui offense ou annihile la personne et ses croyances religieuses, en plus de devoir prendre en compte les conséquences possibles sur les personnes.

Dans ces cas, j’ai la nette impression que bien des chrétiens – de cultures et/ou de pratiques dominicales – ont le sentiment que les personnes musulmanes se choquent un peu trop vite.

Après tout, les caricatures de Jésus sont aussi, par moment, bien présentes dans la sphère médiatique occidentale, que ce soit à la télé ou dans les magazines. Et à part quand elles sont gentilles – comme celle-ci dans La Presse – quelques protestations outrées dans le confort de son salon, ou au pire, une lettre ou un téléphone de protestations au média concerné vont former les actions les plus ‘violentes’.

Alors, d’où provient cette indignation si forte qu’elle mène à la rue des centaines de personnes?

D’abord l’évidence : le non-respect d’un précepte énoncé par plusieurs musulmans, soit qu’aucune représentation du prophète n’est tolérée.

Mais, est-il aussi possible que le monde chrétien ne comprenne rien au monde musulman? Puis, les taux de chômage très élevés dans plusieurs pays musulman ou à majorité musulmane, qui donnent bien du temps pour penser le monde idéal, sans avoir la capacité de le créer. Le politique en ces contrées est souvent corrompu – plus qu’ici – et les « politiques » se servant allégrement dans l’assiette au beurre sans véritablement servir la population.

Alors, une frustration constante s’installe, qui n’a pas toujours de lien direct avec le religieux. Mais, à la moindre insulte de l’identité religieuse, c’est l’occasion de faire sauter la marmite, peu importe la grandeur du délit.

Les chiffres parlent autrement

Par ailleurs, cette « rage musulmane » semble bien mince par rapport à l’indifférence ou la décision pacifique de la majorité. C’est du moins ce que laissent entendre deux sources. D’abord, le site web spécialisé dans la signature de pétitions diverses, Avaaz.

C’est également l’avis de François Brousseau, analyste de la scène internationale. Sur son blogue Radio-Canadien, il pose la question suivante : Colère musulmane : une lame de fond? Selon les informations qu’il a glané ici et là, il y aurait eu – au plus –, 10 000 manifestants dans les rues entre les 11 et 20 septembre. Bien loin de l’image archi-violente et probablement injustifiée de la une du Newsweek du 24 septembre.

En terminant, je laisse le dernier mot à François Brousseau:

« 
Mais il y a, oui, des groupes qui font leur pain et leur beurre de telles controverses. Qui se frottent les mains, lorsqu’en Occident, islamophobes et caricaturistes « mange-curés et mange-imams » s’en donnent à cœur joie. Mais les forces de la conciliation et de la retenue existent; en fait, elles sont peut-être même l’acteur inattendu de ce nouvel épisode. »

Question : comment une personne humaniste croyante devrait réagir face à ce qu’elle considère être un outrage à ses croyances, à sa foi, à sa religion?

MarioB

Liens d’intérêts :

À voir : le film québécois Inch’Allah
http://www.cinoche.com/films/inch-allah/index.html

Un converti de l’Islam appelle au dialogue mutuel.
http://www.lavie.fr/sso/blogs/blog.php?id=1459

François Brousseau, à propos de la Syrie
http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/359339/l-histoire-cruelle

Laisser un commentaire