Génie et environnement : écoutez l’entrevue

Christophe Guy, directeur général de l'École Polyttechnique de Montréal

Christophe Guy, directeur général de l’École Polytechnique de Montréal (Source: Polymtl.ca)

Christophe Guy est directeur général de l’École Polytechnique de Montréal.

Spécialisé en environnement, il nous accueille dans son bureau et nous parle de l’importance des ingénieurs dans la vie de tous les jours et des défis qu’ils rencontrent. Il est plus particulièrement question de la place de plus en plus importante qu’ils tiennent dans la mise en oeuvre de pratiques environnementales respectueuses des fragilités de la planète.

Écoutez l’entrevue!

Diffusion originale le mardi 24 février, 9 h, sur le réseau de Radio VM, en rediffusion le mercredi 25 février, 5 h.

Génie : un regard sur l’environnement

imgresEnvironnement : ce mot qui, dans les années 70, rassemblait ceux et celles qu’on appelait « les pelleteux de nuages », est maintenant un sujet d’intérêt mondial. Un sujet dont les générations futures sont de plus en plus conscientes, et pour lequel elles sont aussi de plus en plus inquiètes…

Christophe Guy est directeur général de l’École polytechnique de Montréal. Son champ d’intérêt est l’environnement. Avec lui, nous explorons les grandes questions environnementales, en partant tout particulièrement de l’exemple de Montréal, et nous nous demandons si mondialement, nous sommes dans la bonne direction…

Émission diffusée sur le réseau de Radio VM, le mardi 24 février, dès 9 h.
En rediffusion le mercredi 25 février, à 5 h.logo

Lumières des religions et spiritualités : écoutez l’entrevue

Pascale Frémond, présidente de Conférence des religions pour la paix, section québécoise, en entrevue à Radio VM.

Pascale Frémond, présidente de Conférence des religions pour la paix, section québécoise, en entrevue à Radio VM.

Les attentats terroristes perpétrés au nom des traditions religieuses sont des encombrements dont ces dernières se passeraient bien. 

Un grand nombre de traditions subissent comme un fardeau la présence de ces personnes qui clament que les ténèbres sont nécessaires à la venue de Dieu sur terre. Si minoritaires soient ces courants, ils constituent un boulet qui est contraire à l’esprit de la majorité des croyances religieuses mondiale.

C’est peut-être pour cela que, en plus de souligner l’Année internationale de la lumière instituée par l’UNESCO, la section québécoise de Religions pour la paix propose un Congrès sur la lumière qu’on retrouve dans les traditions religieuses, du 1er au 3 mai prochain.

Pascale Frémond, présidente de la section québécoise de cette Conférence mondiale, nous confie les grandes lignes de cet événement, en plus de parler de sa propre expérience… lumineuse!

Écoutez l’entrevue!

Diffusion originale sur les ondes de Radio VM, dans le cadre de l’émission Demain l’humanisme, le mardi 17 février 2015, à 9 h. Rediffusion le mercredi 18 février, 5 h. logo

Lumières des religions

imgres-1Les traditions religieuses sont souvent accusées de n’être que des bastions de violences et de noirceurs. Paradoxalement, la majorité des personnes qui en sont membres et qui y oeuvrent sont régulièrement reconnues, dans leurs milieux, comme des gens ayant développé une lumière intérieure.

Pascale Frémond, présidente de la Conférence des religions pour la paix, section Québec, vient parler d’un Congrès qui aura lieu du 1er au 3 mai prochain à Montréal. L’année 2015 a été décrétée par l’UNESCO comme étant l’année de la lumière. Reconnaître les lumières que portent les traditions religieuses sera l’un des buts de ce Congrès qui, espérons-le, sera lumineux!

Mme Frémond sera en entrevue sur le réseau de Radio VM, ce mardi 17 février dès 9 h, dans le cadre de l’émission Demain l’humanisme. En rediffusion le mercredi matin, 5 h.

Émission présentée en collaboration avec le Relais mont-royal et Copam.

logo

La paix SVP : écoutez l’entrevue!

8633c

« Inspiré par les écrits sur le progrès de Ronald Wright et ceux de la militante altermondialiste Naomi Klein, Philippe Ducros se penche sur le destin d’un homme indigne et indigné, un concentré d’humanité en marge de la course effrénée au bonheur fabriqué par l’idéologie néolibérale. » (source: Centre d’essai des auteurs dramatiques)

L’auteur, comédien et chef de troupe de théâtre Philippe Ducros se confie à propos de ce qui l’inspire à écrire sur des sujets qui ne sont pas toujours facile. Par exemple, le néolibéralisme.

Extrait de la pièce Dissidents, inspirée des écrits de Naomi Klein et de Ronald Wright.

« LUI : Laisse-moi finir! Laisse-moi essayer…

ELLE : Essayer quoi? De changer le monde? Tout seul? Comme un grand? 

LUI : Tais-toi! Faut que ça vienne d’ici, des peuples gagnants! Ailleurs, la répression est tellement violente, tellement huilée, la torture, les escadrons, les disparitions, c’est trop fort, trop puissant, trop violent pour que la dissidence puisse venir de chez eux! La dissidence doit venir d’ici, comprends-tu? Mais chez nous, c’est juste des idées! » 

Nommé Artisan de paix en émergence 2015 en janvier dernier (voir le précédent article), le voici en entrevue. Écoutez!

Diffusion originale sur les ondes du réseau de Radio VM, le mardi 10 février 2015 à 9 h, rediffusion le mercredi 11 février à 5 h. 

Lien d’intérêt
Éditions Lansman, où trois pièces – dont L’Affiche – sont éditées.

 

La paix SVP!

ppp-2015-fr-0006Par un cri, une expression, on peut « avoir la paix » comme on dit en bon québécois. On ferme la porte à l’autre et on vit seul son moment de discorde. Donne-t-elle la paix? J’attends encore des réponses…

La même chose se répète tous les jours au niveau international. Des présidents, des premiers ministres et des hauts fonctionnaires s’envoient poliment promener. Au nom des intérêts particulier de leurs nations. Pendant ce temps-là sur le terrain, la population en paie trop souvent le prix.

Notre invité, Philippe Ducros, n’attend plus. Il écrit.

Pour que la paix advienne, il couche sur le papier des pensées qui sont difficiles à entendre. Ensuite, il les met en scène au théâtre. Malgré la dureté de certains sujets – le conflit israélo-palestinien, les indignés -, ses questions et ses observations aident à mieux comprendre ce qui ne va pas. Ouvrent les yeux et permettent, espérons-le, de trouver des solutions.

Ducros est le récipiendaire 2015 du prix Artisan de paix en émergence, remis depuis deux ans lors d’un vote public. Il est avec nous, le mardi 10 février,
dès 9 h, sur les ondes du réseau de Radio VM, dans le cadre l’émission Demain l’humanisme.logo

Lien d’intérêt:
Prix du public pour la paix

Alexandre Landry : écoutez l’entrevue

Le comédien Alexandre Landry

Le comédien Alexandre Landry

Devenir l’autre pour mieux comprendre
sa réalité et 
pour que nos oeillères s’ouvrent.

Devenir l’autre est particulièrement remplie de défis quand on se trouve dans l’univers d’Alex, le dernier rôle d’Alexandre Landry. 

Dans L’amour au temps de la guerre civile, son personnage est en proie à la dépendance aux drogues. Sa quête de bonheur ne mène nulle part, sauf dans un enfer toujours plus profond.

Comme spectateur, nous sommes troublés par une caméra qui se fait très proche des visages, des corps et des nuits que traversent chacun des protagonistes. Une tragédie moderne qui nous questionne sur ceux que l’on ne voit jamais, planqués dans les bas-fonds de notre société.

Rodrigue Jean réussit à nous toucher profondément, tout en nous laissant choisir la fin… Espoir ou désespoir? Son documentaire Hommes à louer – réalisé en 2008 – pourrait nous donner des réponses.

Écoutez l’entrevue! 

Diffusion originale le mardi 3 février 2015, 9 h,
sur les ondes du réseau de Radio VM.

Rediffusion, le mercredi 4 février 2015, à 5 h.

Quelques extraits de l’entrevue: 

Entrer dans des rôles… pour apprendre, une part de compréhension… et gagner à connaître ces gens-là d’une manière plus humaine.

Ça nous sort de notre confort.

Je dois réapprendre à faire mon métier à chaque fois…

Je sais pas si c’est réapprendre à vivre, mais c’est réapprendre à regarder d’un oeil, différemment, les gens et les situations. Souvent, c’est à travers ces oeuvres là qu’on apprend à ouvrir nos oeillères… puis je fais ça pour ça.

Les quatre règles d’Alexandre

. Aller à la rencontre des autres.
. Croire en ses idéaux.
. Savoir se relever quand on tombe.
. Aimer sans compter, sans calculs ni attentes.
(source : La Presse)

Lien d’intérêt :
. Web série Changer le monde

Jouer et comprendre

imgres-1Au cinéma, il est complètement perdu dans le monde de la dépendance aux drogues, en quête d’absolu. Dans la vie, Alexandre Landry est un comédien au talent incroyable qui joue pour mieux comprendre l’autre.

J’ai eu la chance le rencontrer après avoir visionné L’amour au temps de la guerre civile, dernier film de Rodrigue Jean qui sort au cinéma le 6 février prochain. Oeuvre troublante, enivrante et sombre qui, grâce aux plans rapprochés sur des visages et des corps désespérés, nous plonge au coeur de l’enfer de ceux qu’on oublie vite sur le bord de nos vies trop occupées.

Le personnage d’Alex cherche l’amour, la liberté, un bonheur. Sa recherche sombre pourtant dans un univers qui fatigue même les plus résistants. Certains diront que la caméra du réalisateur va trop loin, portant des images qu’on ne voit que dans les documentaires de fin de soirée. Pourtant, après y avoir réfléchi, ces images me semble plus que jamais importantes. Pour mieux comprendre l’autre qui sombre.
Et espérer?

Quelques réponses, dès 9 h, ce mardi 3 février,
sur les ondes du réseau de Radio VM,
en rediffusion à 5 h, mercredi le 4 février. 

logo

Lien d’intérêt: 
Épopée.me, «Récits écrits et tournés en collaboration avec des personnes vivant l’exclusion dans le quadrilatère au Centre-Sud de Montréal.»