Ghayas Hachem : écoutez l’entrevue

Ghayas Hachem (source: Éditions Boréal)

Ghayas Hachem (source: Éditions Boréal)

Et si la guerre imaginaire devenait le nouveau lieu du malheur, dans une guerre déjà existante ? 

Un malheur qui force la réflexion sur cette humanité trop souvent éprise des bombes créées par son orgueil mal placé, au propre comme au figuré. Excusez-là.

L’auteur Ghayas Hachem était à Demain l’humanisme, ce mardi 25 novembre à 9 h. Écoutez ce nouveau romancier montréalais d’origine libanaise nous parler de ce récit imaginaire, Play boys, son premier roman.
Un récit qui puise ses racines dans le monde surréaliste de la guerre.

(Diffusion originale: le mardi 25 novembre 2014 à 9 h, rediffusion le mercredi 26 novembre 2014 à 5 h, sur les ondes du réseau de Radio VM).

Jouer dans les bombes

Le premier roman de Ghayas Hachem, Play Boys

Le premier roman de Ghayas Hachem, Play Boys

Savoir jouer, malgré les bombes. C’est ce que réalise d’abord les deux enfants du premier roman de Ghayas Hachem

Dans les deux appartements qu’ils habitent, deux cousins s’amusent. La guerre civile libanaise fait rage dans Beyrouth, la capitale, et sert de trame de fond à leurs propres jeux. Mais le grand frère guette et devient ennemi malheureux. Qui plus est, il se soumet pour de vrai aux lois de la guerre. Des jeux qui deviennent plus sérieux : moins heureux. Comme si la trame des adultes s’infiltrait et imbibait les joueurs d’hier…

Né au Liban en pleine guerre civile, Ghayas Hachem habite maintenant Montréal depuis plusieurs années. Il sera avec nous le mardi 25 novembre, 9 h et le mercredi 26 novembre, 5 h, dans le cadre de l’émission Demain l’humanisme, sur les ondes de Radio VM.
Présentée en collaboration avec le relais mont-royal et Copamlogo

Pour le plaisir de recevoir: écoutez Jérôme Ferrer

Le chef Ferrer prend le temps de partager ses recettes. Sorti cet automne, Les secrets des soupes

Le chef Ferrer prend le temps de partager ses recettes. Sorti cet automne, Les secrets des soupes

L’homme est sympathique, gentil, accueillant. Loin de l’image de plusieurs Chefs cuisiniers vedettes qu’on voit à la télé, trop souvent imbus d’eux-mêmes, de leurs savoirs et prêts à couper la tête à quiconque ne réussit pas leurs mets.

Peut-être est-il différent en cuisine? Je n’ai pas fait d’enquête.

Peu importe : Jérôme Ferrer aurait de quoi pavoiser. Son restaurant est le 11e Meilleur restaurant du monde selon le classement Travellers’ Choice 2014 Restaurant Awards du site internet Trip Advisor, tout juste sorti en octobre.

Pourtant, on sent que les aléas de la vie font de lui un homme qui porte un regard certes passionné par la cuisine, mais avant tout, attentif à nourrir l’être humain de ce plaisir qui le fait travailler tous les jours.

Un plaisir humaniste? Découvrez par vous-mêmes. Écoutez l’entrevue, telle que diffusée sur les ondes de Radio VM le mardi 18 novembre 2014 à 9 h.

 

Liens d’intérêts:
Article du journal Métro
Restaurant Europea

À table… avec Jérôme Ferrer

Le chef cuisinier Jérôme Ferrer

Le chef cuisinier Jérôme Ferrer

La défunte Angèle Arsenault chantait « Moi j’mange », comme une compulsion qu’elle devait combattre. Le tout avec humour heureusement. Par contre pour plusieurs personnes, le plaisir de manger est indéniable et demeure la raison principale de la table.

Cette tablée dressée devient souvent le point central d’une soirée réussie ou d’une rencontre qui marque pour la vie. Elle peut même rassembler les ennemis, comme on l’a constaté la semaine dernière (voir notre page À table avec l’ennemi).

Jérôme Ferrer est Chef cuisiner depuis plus de 30 ans. Lire la suite

À table avec l’ennemi : écoutez l’entrevue

S’entendre avec son ennemi autour d’une très bonne table, c’est le défi que lance nos deux protagonistes, Frédérick Lavoie, journaliste indépendant, et Charles-Antoine Crête, Chef cuisinier.

De passage à Radio VM, Frédérick Lavoie et Charles-Antoine Crête.

De passage à Radio VM, Frédérick Lavoie et Charles-Antoine Crête.

La série À table avec l’ennemi (inspirée d’une émission norvégienne du même nom) cherche à faire comprendre des conflits, comme par exemple celui qui perdure entre Palestinien et Israélien, ou encore celui qui a créé des divisions profondes dans la population colombienne.

Autour d’une bonne table préparée par le Chef Crête, deux ennemis se rencontrent afin d’échanger. Sauront-ils trouver des points communs?

Écoutez l’entrevue, ci-bas.

Diffusion originale, le mardi 11 novembre 2014 à 9 h,
sur les ondes de Radio VM

logo

Manger pour réconcilier

À gauche, Frédéric Lavoie en compagnie de Charles-Antoine Crête (source: TV5)

À gauche, Frédérick Lavoie en compagnie de Charles-Antoine Crête (source: TV5.ca)

En ce Jour du Souvenir, il est bon de se rappeler que la paix est possible. De grands sommets peuvent mettre fin à des conflits armés. Il est aussi prouvé que la bonne chère fait du bien au corps, et peut-être encore plus à l’âme. Le lien? Et si elle servait à réconcilier? 

Rassembleurs d’ennemis, nos deux protagonistes – Frédérick Lavoie, journaliste indépendant et Charles-Antoine Crête, Chef cuisinier – nous parlent des expériences qu’ils ont vécues partout dans le monde, à la rencontre des ennemis qu’ils invitent à une même table.

Inspirée d’une série norvégienne, À table avec l’ennemi débute ce jeudi 13 novembre à 20 h, sur les ondes de TV5. Risquer la réconciliation, mieux comprendre les enjeux d’un conflit et chercher la paix : voilà ce à quoi nous convient nos hôtes.

Pour parler de cette expérience unique, Charles-Antoine et Frédérick sont avec nous dès 9 h, sur les ondes de Radio VM, le mardi 11 novembre, 9 h. En rediffusion le mercredi 12 novembre à 5 h.

Lien internet : voir la bande annonce

Michel Foucault : entrevue avec Christian Nadeau

Le philosophe Michel Foucault

Le philosophe Michel Foucault

Subjectivité et Vérité : retour sur un grand penseur. Selon plusieurs, Michel Foucault est l’un des plus grands penseurs de notre temps.
Voici ce qu’en dit l’encyclopédie populaire Wikipédia :

« … l’ensemble de l’œuvre foucaldienne est une critique des normes sociales et des mécanismes de pouvoir qui s’exercent au travers d’institutions en apparence neutres (la médecine, la justice, les rapports familiaux ou sexuels…) et problématise, à partir de l’étude d’identités individuelles et collectives en mouvement, les processus toujours reconduits de “subjectivation” (libération et création de soi). »

Christian Nadeau, philosophe (Photo: Brigitte Duplessis)

Christian Nadeau, philosophe (Photo: Brigitte Duplessis)

Avec notre invité Christian Nadeau, professeur de philosophie morale et politique
au département de philosophie de l’Université de Montréal, nous revenons sur une série de leçons datant de 1981, et publiées au printemps dernier chez Gallimard, Seuil et EHESS.

Écouter l’entrevue!

Diffusions originales sur Radio VM
le Mardi 4 novembre, 9 h et le mercredi 5 novembre, 5 h.