La création comme lieu du sacré

Auteure de Le feu sacré de la Création (Fides), Marie-Andrée Michaud est avec nous pour partager son amour viscéral de la création.

Auteure de Le feu sacré de la Création (Fides), Marie-Andrée Michaud est avec nous pour partager son amour viscéral de la création.

À l’approche de la fête l’Action de grâce, plusieurs personnes vont s’arrêter un moment afin d’admirer la création et « rendre grâce » — remercier – pour l’abondance qu’elle apporte.

Pourtant, celle-ci est plus que jamais sous pression et, si les médias parlent davantage des enjeux environnementaux, ils sont encore vus comme étant un frein au développement économique. Comment arriver à mieux intégrer la création dans nos vies et savoir reconnaître son caractère sacré?

Rencontre avec une passionnée de la question, Marie-Andrée Michaud, auteure, conférencière et cofondatrice du centre Terre sacrée (www.centreterresacree.org).

 

Écoutez l’entrevue présentée le Mardi 30 septembre dernier sur les ondes de
sur les ondes de Radio VM. Demain l’humanisme est présentée en collaboration avec Copam et le Relais mont-royal.

logo

Félix, MacPherson et Martine

Un documentaire à voir, particulièrement pour ceux qui croient encore à la beauté de la rencontre de l'autre différent de soi, mais paradoxalement si semblable.

Un documentaire à voir, particulièrement pour ceux qui croient encore à la beauté de la rencontre de l’autre différent de soi, mais paradoxalement si semblable.

Félix Leclerc a eu comme ami très proche l’une des rares personnes de race noire à vivre dans la région de Trois-Rivières, au cœur du Québec des années 30 et 40. Pour l’époque, aussi rare que la neige au Sahara.

Un homme savant, cultivé, venu de Jamaïque, diplômé de l’Université McGill, Frank-Randolph MacPherson est devenu le personnage principal et mystérieux de la chanson du draveur MacPhersonLire la suite

Bidonville : architecture du futur?

Affiche du documentaire Bidonville, architectures de la ville future (source: Les Films Du 3 Mars).

Affiche du documentaire Bidonville, architectures de la ville future (source: Les Films Du 3 Mars).

Question à Jean-Nicolas Orhon, réalisateur : le bidonville représente-t-il en soi une architecture qui mérite d’être étudiée?

Si l’on en croit le réalisateur de ce documentaire fascinant – et aux images magnifiques –, c’est plus qu’une étude qui doit être réalisée; c’est la reconnaissance de ces lieux comme des entités valables, pleinement vivantes et remplies d’une dignité qui surprend l’œil occidental, trop habitué à n’y voir que des endroits de misères.

Présentement à l’affiche au cinéma Excentris, à Montréal, ainsi qu’au Cinéma du Parc, en version originale sous-titrée en anglais.

Écouter l’émission: diffusée sur les ondes de RadioVM,
le Mardi 16 septembre à 9 h et le mercredi 17 septembre à 5 h,
dans le cadre de Demain l’humanisme.

Autres présentations au Québec

AU CINÉMA PARALOEIL (274 Michaud, Rimouski) – Le 18 septembre

Abitibi-Témiscamingue
CINÉ-QUALITÉ DE ROUYN-NORANDA – Le 9 novembre
CINÉ-CLUB DE PRÉVOST – Le 14 novembre en présence du réalisateur
THÉÂTRE DU RIFT (Ville-Marie) – Le 15 novembre

Sur les ondes de Radio-Canada le 14 octobre, à 20 h.

Le réalisateur Jean-Nicolas Orhon

Le réalisateur Jean-Nicolas Orhon

Nouvelle saison pour Demain l’humanisme sur les ondes de Radio VM!

Le nouveau livre de Céline Lafontaine, Le corps-marché. Une bioéconomie sans éthiques?

Le nouveau livre de Céline Lafontaine, Le corps-marché. Une bioéconomie sans éthiques?

Une nouvelle saison début pour Demain l’humanisme, débute mardi le 9 septembre, sur les ondes de Radio VM! Soyez au rendez-vous dès mardi à 9 h, ou bien le mercredi 10 septembre à 5 h, en rediffusion. Au programme : notre corps devient-il encore plus une marchandise? Et si oui, à quel prix? 

Notre invitée : Céline Lafontaine, professeure agrégée de sociologie à l’Université de Montréal. Auteure du livre Le corps Marché (http://www.seuil.com/livre-9782021038880.htm).

La science n’a pas le monopole de la marchandisation du corps. Depuis des siècles, le corps représente un objet – esclavage, prostitution – qu’on échange pour de l’argent. Lire la suite