Discours de Benoît XVI à Assise

Croyants et non-croyants doivent « s’engager résolument pour la dignité de l’homme » et à « servir ensemble la cause de la paix », déclare Benoît XVI. La vraie nature de la religion n’est pas de susciter la violence, . Le pape y réfléchit au rôle des religions dans l’histoire, et l’histoire contemporaine. Il indique une tâche pour le dialogue interreligieux, 25 ans après la première rencontre promue par Jean-Paul II: il met les croyants et les incroyants ensemble devant leurs responsabilités. Il souligne que le dialogue avec les non-croyants constitue pour les croyants une occasion de « purifier » la religion. Lire la suite

Assise : 300 leaders discutent de paix

Les 300 personnalités invitées par Benoît XVI à la rencontre interreligieuse d’Assise (Italie), le 27 octobre 2011, ont souligné que la religion ne devait pas être instrumentalisée à des fins violentes, ni être la cause de conflits.

Le secrétaire général de la Conférence internationale des chercheurs islamiques Kyai Haji Hasyim Muzadi a relevé que « de nombreux problèmes entre les hommes sur cette terre venaient précisément de ceux qui suivent une religion ». Ce phénomène, a déclaré celui qui se trouve à la tête de la plus grande organisation musulmane d’Indonésie, s’explique par le fait que « des religions authentiques (…) peuvent avoir des disciples qui ne sont pas capables d’en comprendre le caractère salutaire ». Lire la suite

Morale monétaire planétaire

La morale désigne l’ensemble des règles et des préceptes qui doivent être suivis en société par les hommes et les femmes dans leurs actions de tous les jours. Elle établira généralement les balises entre ce qui est bien et ce qui est mal, ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas.

Nous admettrons d’emblée que de nos jours la morale est passablement élastique dans l’esprit de nos concitoyens – le nôtre aussi parfois et malheureusement. Il est également admis que la société occidentale, dans sa quête de richesse, a amené les hommes à oublier trop souvent les valeurs qui devraient les guider : liberté, tolérance, compassion et j’en passe.

Ce propos me vient suite au visionnement des images de cette caméra de surveillance en Chine qui a filmé le triste sort réservé à une petite fille de deux ans heurtée par une camionnette et laissée sur place sans que personne ne vienne à son secours. Une quinzaine de passants l’ont aperçue et ignorée; elle fut même écrasée une seconde fois par un autre véhicule. Lire la suite

Survivre… au progrès

Les manifestations des ‘indignés’ qui se produisent à travers le monde, regroupant majoritairement des jeunes, illustrent bien les interrogations d’une grande partie de l’humanité. Le printemps arabe a peut-être réveillé une certaine jeunesse qui était plus préoccupée de l’écologie que des systèmes politiques. Lire la suite

Sortir du modèle entrepreneurial

« Parmi les formes [actuelles] d’aliénation, on retrouve la diffusion d’une idéologie entrepreneuriale que les jeunes intériorisent tôt dans leur parcours scolaire et qui transparaît jusque dans leur engagement social et politique.

Cette idéologie se nourrit du processus d’atomisation du libéralisme économique et politique dans lequel la société actuelle, selon le philosophe Gilles Châtelet (Vivre et penser comme des porcs, 1998) se résume à cette bête équation : Lire la suite

Vivre et vieillir dans la dignité

Edito de Jean Carette :

« Ces jours-ci, j’ai dû, pour les besoins d’une conférence, réfléchir à la notion de « vieillir et vivre dans la dignité ». Il est juste de débattre et de légiférer pour assurer à un agonisant et à son entourage l’exercice respectueux de ce droit. Mais il serait sans doute aussi nécessaire de remonter en amont pour tenter d’assurer les conditions collectives d’une vie et d’un vieillissement dans la dignité. Lire la suite

Un vote pour quelle société ?

« Ces temps que nous traversons sont des temps de crise. Une crise globale touche tous les pays occidentaux. De nombreux facteurs de transformation se conjuguent. Un des facteurs de transformation est la fin d’une certaine homogénéité culturelle de nos sociétés. Ainsi coexistent aujourd’hui, à égalité de droits, des personnes ayant des origines ethniques et des références culturelles et religieuses les plus variées. Pour des citoyens de plus ou moins vieille souche, ceci peut engendrer un sentiment d’instabilité très délicat à vivre. Pour beaucoup de nouveaux arrivés, cela se traduit par le fait de se sentir mal accueillis et de ne pas pouvoir trouver une place dans une société qu’ils ne peuvent pourtant plus quitter. Lire la suite

L’espoir d’un humanisme à travers la planète

« Des milliers d’Américains occupent pacifiquement Wall Street, un épicentre de la puissance financière mondiale et de la corruption. Dernière lueur d’espoir en date, ces Américains viennent s’ajouter à un nouveau mouvement pour la justice sociale qui se répand comme une traînée de poudre de Madrid à Jérusalem ainsi que dans 146 autres villes et bientôt plus encore. Alors que les travailleurs paient la facture d’une crise financière causée par des élites corrompues, les manifestants demandent une réelle démocratie, la justice sociale et la lutte contre la corruption. Lire la suite

L’apport des chrétiens au bien commun

A l’heure où les catholiques parlent de ‘nouvelle évangélisation’ on peut craindre que cela soit compris comme une volonté de recrutement, de conversion à la vérité absolue du christianisme. Tel ne semble pas l’esprit de ce texte :

« Un document historique cosigné par des représentants de l’Église catholique, du Conseil œcuménique et de l’Alliance évangélique recommande des règles éthiques pour la mission. Lire la suite

« Un peu de kantisme dans notre société serait bienvenu »

Extraits de propos recueillis par Jennifer Schwarz – publié le 28/09/2011 dans Le Monde des Religions

«Pour la philosophe Élisabeth Badinter, la fin des grandes idéologies du XXe siècle a fait place à un désarroi, à un vide de sens qu’il s’agit de combler pour contrer le retour en force du religieux et la tentation du fondamentalisme, et ainsi défendre la laïcité française. « La fin de l’imperium de la loi religieuse serait pour moi un grand progrès de l’humanité. La religion est certes une grande consolation mais elle est trop souvent, à mes yeux, source d’intolérance, voire de guerre. … Croire en Dieu doit rester une affaire intime… Lire la suite