À propos du conflit israélo-palestinien

« Si vous me demandiez quel est mon plus grand souhait quant au conflit israélo-palestinien, je répondrais qu’il se termine, qu’il soit résolu et qu’il règne la paix. Mais vous pourriez alors vous entêter et me demander : “Supposons qu’il ne finisse pas de sitôt, que serait ton plus grand souhait en attendant ?”

Alors, après un pincement de douleur, que votre question aura certainement suscité, je répondrais que je voudrais apprendre autant que possible à être exposé aux horreurs et aux injustices, petites et grandes, que le conflit génère chaque jour sans me replier sur une position défensive. Lire la suite

Mort de Jack Layton: pleurer puis se relever

Je pleure ce matin la perte d’un symbole: Jack Layton. Je ne peux parler d’un ami, je ne le connaissais pas. Je ne peux parler de mon chef, n’étant pas sympathisant particulier d’un parti. Mais, naturellement, le NPD porte des réalités sociales que je partage.

Comme plusieurs québécois cette année, je me suis laissé tenter par le NPD comme représentant de mes intérêts de citoyen dans l’enceinte de la Chambre des Communes. Surpris et heureux de ce changement, j’attendais la rentrée parlementaire avec intérêt, sachant que Monsieur Layton saurait donner de la force et de l’élan à tous ses députés novices. Lire la suite

Les grandes gueules moralistes créent des fossés : pourquoi ?

Les émeutes de la Grande-Bretagne sont une occasion en or pour les bons moralistes de s’exprimer allégrement. Quelle honte que cette violence! Quelle honte que ces vols! C’est vrai : c’est honteux. Tout aussi violentes et honteuses les coupures sociales mises en place par des parlementaires loin de leurs commettants. Ou plutôt, si près de leurs amis les riches… Les beaux discours et les indignations stupides me mettent hors de moi.

La justice sans la mise en place de véritables solutions qui touchent le quotidien – amélioration de l’éducation, amélioration des systèmes de santé, amélioration des conditions de travail – cette justice ne fera qu’augmenter la grogne. Lire la suite

La peur ou la maîtresse de la destruction

Diverses déménagementClassique de l’Évangile, ce récit* me rappelle à quel point la barque-Église – et je parle de toutes les Églises, Église au sens œcuménique, celle qui est le futur des chrétiens – affronte toujours les vents contraires, ceux qui la rendent fragile au mal et à l’imbécilité.

Que de fois d’ailleurs laissons-nous la peur nous tirailler. C’est elle qui mène nos décisions et devient  notre maîtresse. Au-devant, nous sommes forts. Mais dès que les décisions d’importances capitales se présentent, nous devenons lâches et fermons les volets. La peur décide à notre place. Lire la suite