La nature est si belle! Mais parfois…

La nature se déchaîne ces derniers temps. D’abord au Québec, le printemps froid et pluvieux a gonflé bon nombre de rivières et rendu plusieurs habitations inaccessibles. Certaines d’entre-elles devront aussi être détruites, l’humidité s’y étant trop bien installée.

Ensuite aux États-Unis, des tornades meurtrières ne cessent de créer de la dévastation et plusieurs personnes meurent faute d’avoir pu trouver un endroit pour s’abriter à temps.  Enfin en Alberta, le temps chaud et sec  est responsable des incendies, temps qui fait également des ravages dans la région habituellement verdoyante de la Normandie en France. Lire la suite

Pas de justice sans conscience que le bien humain est universel

Benoît XVI, à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’encyclique Mater et Magistra de Jean XXIII, a souligné que « la vérité, l’amour, la justice, avec le principe de la destination universelle des biens, comme critères fondamentaux pour dépasser les équilibres sociaux et culturels, restent des piliers pour interpréter et trouver aussi des solutions aux déséquilibres internes de la mondialisation actuelle.
Face à ces déséquilibres, il faut récupérer une raison intégrale qui fasse renaître la pensée et l’éthique… Lire la suite

L’Assemblée nationale du Québec ne doit pas cautionner l’assassinat de Ben Laden

Un ennemi des États-Unis a été abattu, en dehors de tout cadre judiciaire, confirmant ainsi la tendance à l’érosion de l’état de droit et à l’érosion du droit international associées à la guerre « contre le terrorisme ». On a ainsi assisté à des détentions indéfinies sans procès, au recours à la torture, à la multiplication des assassinats ciblés menés par des « forces spéciales » ou des drones en violation de la souveraineté des États, au détournement de l’ONU pour avaliser les actions des pays envahisseurs en Irak et en Afghanistan, etc. L’adoption de la résolution 1973 du Conseil de sécurité autorisant les pays qui le veulent à utiliser « tous les moyens nécessaires » soi-disant pour protéger les civils en Libye est un autre exemple de ce détournement, cette résolution menant immédiatement l’OTAN à appuyer l’un des deux camps dans une guerre civile et à tenter d’assassiner le chef d’État libyen.

Contrairement au président Obama, nous ne pensons pas que « justice a été faite ». La justice aurait exigé de véritables efforts pour capturer Ben Laden vivant et lui intenter un procès public observant toutes les règles du droit. Un procès qui aurait pu se révéler embarrassant… L’assassinat sélectif nous ramène au contraire au « Far West » où chacun, à son gré, se « fait justice ».
(d’après Collectif Échec à la Guerre)

Georges, chrétien à Montréal.

La peine de mort pour les gays en Ouganda

Le Parlement ougandais pourrait voter une nouvelle loi brutale qui prévoit la peine de mort pour homosexualité. Des milliers d’Ougandais pourraient être exécutés – au simple motif d’être gays.

Après une mobilisation mondiale massive l’an dernier, le Président Museveni a bloqué toute avancée sur la loi. Mais la crise politique s’intensifie en Ouganda, et les extrémistes religieux au Parlement espèrent que la confusion et la violence dans les rues détournera l’attention de la communauté internationale pendant qu’ils tenterons pour la deuxième fois de faire adopter cette loi haineuse. Être gay en Ouganda est déjà dangereux et terrifiant. Les homosexuels sont régulièrement harcelés et battus, et il y a à peine quelques mois, le militant des droits des gays David Kato a été sauvagement assassiné dans sa propre maison. A présent tous les personnes LGBT ougandaises sont menacées par cette loi draconienne qui impose la prison à vie pour toute personne ayant eu des relations sexuelles avec un autre individu du même sexe et la peine de mort pour les « multirécidivistes ». Même les ONG luttant contre la propagation du sida risquent la prison pour « promotion de l’homosexualité », selon les termes de cette loi haineuse.
(d’après Avaaz)

A Klaas Hendrikse, pasteur protestant athée

J’ai écouté avec beaucoup d’intérêt l’entrevue que vous avez donnée à la Télévision suisse (cf. Manifeste d’un pasteur athée dans la rubrique A voir du site Recherches humanistes). Je me retrouve en accord avec vous sur la vision de Dieu que vous rejetez : un ‘Dieu Père Noël’ auquel on demande de faire ce que nous devons faire nous-mêmes. Si je vous ai bien compris, le théiste croit en un Dieu tout-puissant qui est un «être qui existe quelque part». Vous définissez l’athée comme celui qui «ne reconnait pas ce type de Dieu». Pour vous l’athée n’est pas quelqu’un qui rejette Dieu . L’athée est un non-théiste. «Je crois Dieu», dites-vous, si j’ai bien compris.

Personnellement je me désignerai plutôt comme un agnostique. Je crois en Dieu, mais sans pouvoir le définir… Et je ne le réduirai pas à certaines de nos expériences humaines. Si Dieu EST, je ne peux le décrire. Je crois pourtant que Dieu est un ÊTRE personnel. Vous dites aussi que vous n’êtes chrétien que par votre naissance dans un univers chrétien. Né en Asie, vous seriez bouddhiste ou…. Cela se confirmerait par le fait qu’aucune fois vous ne parlez de Jésus.

Pour moi, mon ‘passage’ vers ce Dieu personnel, je le dois à Jésus. Jésus qui n’a défini Dieu que par sa relation avec Lui, qui est une relation filiale. Relation que je comprends comme celle d’un Engendreur qui n’EST qu’amour pour tout être humain

Georges, chrétien, Montréal.